YouTube Kids: propos pédophiles et contenus douteux, la polémique enfle

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 27 novembre 2017 - 15:05
Image
Le logo de YouTube Kids.
Crédits
©Capture d'écran YouTube
Les algorithmes n'ont pas censuré des contenus douteux et des commentaires pédophiles.
©Capture d'écran YouTube
Le site de partage de vidéos YouTube (propriété de Google) est englué dans la polémique. Sa section YouTube Kids, spécialisée dans les chaînes pour les enfants, est accusés de ne pas censurer des contenus glauques et des commentaires ouvertement pédophiles. Plusieurs annonceurs ont annoncé se retirer du site.

Le coup est rude pour YouTube. L'immense plateforme de vidéo voit en effet la polémique s'abattre sur son service "YouTube Kids" spécialisé dans l'hébergement de chaînes proposant des contenus pour enfant. Or, les vidéos diffusées sur ce service qui permet, en principe, de laisser un enfant regarder YouTube en garantissant aux parents des images inoffensives, sont commentées par des adultes visiblement pédophiles. En outre, plusieurs contenus diffusés seraient inappropriés pour les plus petits, quand bien même ils mettraient en scène des enfants.

Mi-novembre, le site américain The Verge a montré que plusieurs vidéos de YouTube Kids mettant en scène des touts petits faisant de la gymnastique étaient commentées par des adultes pervers laissant des messages sexuels pour réagir sur les images diffusées à l'écran. Pour rappel, les commentaires, sauf s'ils sont désactivés, sont visibles de tous les spectateurs.  Un autre article du Times, lui, dénonçait même des contenus montrant des enfants dans des situations très ambigues, comme cette vidéo où le spectateur pouvait voir une petite file allongée sur son lit et habillée de collants. En-dessous, des commentaires salaces ("petite fille tu es magnifique, je voudrais embrasser tes culottes parfumées" par exemple), le tout pour, selon le journal, pas moins de 4 millions de vues.

Résultat, plusieurs annonceurs ont déclaré qu'ils ne diffuseront plus leurs publicités sur YouTube pour ne pas voir leur nom associé à un possible scandale. Parmi les plus connus, Lidl, Mars, Adidas, HP ou la Deutsche Bank ont annoncé qu'ils ne seraient plus de la partie.

Lire aussi: Le YouTubeur PewDiePie critiqué à nouveau pour des propos racistes

Pour essayer d'éteindre l'incendie, sans renoncer purement et simplement à YouTube Kids et au marché des enfants, Google (propriétaire de YouTube) a promis de prendre des mesures. Concrètement, le géant d'Internet a annoncé qu'une meilleure surveillance serait exercée sur les chaînes pouvant émettre sur YouTube Kids et que les commentaires seront mieux modérés. Google a notamment expliqué que des humains interviendront pour censurer les contenus inappropriés, une tâche qui était jusque-là effectué par un algorithme, visiblement défaillant.

C'est la deuxième fois en quelques mois que Google est accusé de défaillance dans son système de surveillance en 2017. Au printemps dernier, YouTube avait déjà été critiqué par ses annonceurs pour avoir inséré des publicités sur des vidéos au message haineux ou homophobe.

À LIRE AUSSI

Image
Le logo de YouTube Kids.
YouTube Kids: Google lance officiellement son application pour les enfants
Google a officiellement lancé ce lundi YouTube Kids, une offre vidéo pour les enfants, sous forme d’une application disponible aux Etats-Unis sur iOS et AndroidVotre e...
24 février 2015 - 13:06
Culture
Image
YouTube a inauguré son application de vidéos à 360 degrés en direct le week-end du 15 au 17 avril.
YouTube lance une application de vidéos en direct à 360 degrés
Deux semaines après l'extension de Facebook Live aux internautes, Google s'engage dans la bataille des vidéos en direct. YouTube vient d'annoncer lundi 18 le lancement...
20 avril 2016 - 14:38
Culture
Image
Des internautes devant le logo de Facebook.
Les réseaux sociaux s'engagent à lutter contre les commentaires haineux en Europe
Facebook, Twitter, YouTube et Microsoft ont signé un texte les engageant à lutter contre les propos haineux circulant sur leurs supports en Europe, a annoncé la Commis...
31 mai 2016 - 20:54
Société