Yvelines: blessée par un chat, elle demande 16.000 euros d'indemnités à son propriétaire

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Yvelines: blessée par un chat, elle demande 16.000 euros d'indemnités à son propriétaire

Publié le 15/03/2017 à 12:38 - Mise à jour à 12:51
© JOHANNES EISELE / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un homme a été assigné mardi au tribunal de grande instance de Versailles: son ex-femme avait été griffée et mordue par son chat en 2013 et lui réclamait 16.000 euros d'indemnités.

Le propriétaire d'un chat comparaissait mardi 14 devant le tribunal de grande instance de Versailles à cause d'une blessure infligée par son animal de compagnie à son ex-femme.

En 2013 à Fontenay-le-Fleury dans les Yvelines, le couple déjà séparé passait une soirée avec leur petit-fils âgé d'une dizaine d'années. L'enfant jouait avec le chat de l'ex-mari, mais effrayé, le félin a griffé le petit garçon.

Alors que la sexagénaire s'approchait à son tour du chat pour tenter de le calmer, elle s'est faite mordre et griffer par le félin. Touchée à la main et au mollet gauche, la victime s'est rendue aux urgences de la clinique des Franciscaines à Versailles.

Sa plaie a alors été recousue, trois points de sutures ont alors été nécessaires, le personnel soignant lui a aussi prodigué quelques soins afin qu'elle n'ait pas de réactions indésirées, en effet: la femme était allergique. Conductrice de taxi, elle n'a pas pu travailler pendant plusieurs jours.

"Ce chat a griffé deux fois mon petit-fils et cinq autres personnes. Je ne suis pas responsable. Trois points de sutures et trois fois aux Franciscaines pour une nécrose de la plaie. Les urgentistes pensaient que c'était un chien. Et cette cicatrice je l'ai à vie" a déclaré la plaignante.

De son côté, l'homme a emmené son chat à trois reprises chez le vétérinaire pour savoir s'il devait être euthanasié: mais le chat a été jugé à chaque fois "non dangereux".

Assurant qu'elle a "beaucoup souffert", la victime demande à son ex-mari 16.000 euros d'indemnités: ses blessures ayant entrainer plusieurs jours d'incapacité de travail et un "préjudice esthétique".

"Ce chat est un être émotif" a rappelé l'avocate de l'ex-mari en expliquant que les cris de l'enfant et de sa grand-mère avaient dû particulièrement l'effrayer. Son client demande lui que le tribunal déboute la plaignante ainsi que 2.000 euros de dommages et intérêts pour les couts de la procédure

Le verdict du jugement sera rendu le 28 avril prochain.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le chat n'a pas été jugé dangereux par le vétérinaire.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-