Au Brésil, 5 fois moins de morts d'un Etat à l'autre : l'impact des traitements précoces ?

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Au Brésil, 5 fois moins de morts d'un Etat à l'autre : l'impact des traitements précoces ?

Publié le 04/04/2021 à 12:11 - Mise à jour à 12:14
FranceSoir
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Le professeur Francisco Emmerich vient de publier une étude sur l’effet des traitements précoces au Brésil et plus particulièrement la comparaison de deux états proches, Para et Amazonas.

Les traitements précoces au Brésil

Historiquement, hydroxychloroquine et l'ivermectine, étaient en vente libre au Brésil et étaient utilisés de manière courante, sans qu’aucun problème n’ait été relevé. 

En mars 2020, l’hydroxychloroquine est passée sous ordonnance. Pour l’ivermectine c’est le 22 juillet que la vente est passée sous ordonnance avant de revenir en vente libre le 1er septembre 2020. Un pharmacien brésilien nous confie :

« ces médicaments ont été très demandés et nous avons connu une pénurie dans certains états ». 

Ceci est confirmé dans l’étude du Pr Emmerich qui va plus loin en expliquant qu’il y a eu une hausse des prix.

Résumé de l’étude

Le Brésil et de nombreux pays connaissent actuellement une deuxième vague d'épidémie de COVID-19. L'objectif de cette étude est de comparer les résultats avec des échantillons statistiques impliquant des millions de personnes dans les deux plus grands États voisins du Brésil, Amazonas et Pará, qui dans la première vague étaient similaires, mais montrent maintenant des résultats significativement différents dans la lutte contre le COVID-19. Lors de la première vague, en mai 2020, les maximums de décès quotidiens moyens sur 7 jours par population d'Amazonas et du Pará étaient similaires: respectivement 15,7 et 17,1 décès par jour par million d'habitants, soit un ratio 15,7 / 17,1 = 0,92 ≈ 1.

Maintenant, dans la deuxième vague d'épidémie de COVID-19, Amazonas a connu une situation plus grave alors que dans le même temps, l’état de Pará a connu une augmentation bien plus faible de la mortalité. 

La mortalité cumulée par population du 11 novembre 2020 au 15 mars 2021 est de 1645 décès par million d'habitants pour l’Amazonas et alors que dans le Pará elle est de 296

Amazonas présente donc une mortalité cumulée par population plus de cinq fois supérieure à celle du Pará (1645/296 = 5,55). 

Les autorités du Para ont joué un rôle essentiel dans la promotion du traitement précoce démontrant ainsi l’autonomie des divers états fédéraux au Brésil. Les autorités ont organisé l'approvisionnement auprès des fournisseurs, et mis les médicaments à disposition du système de santé public. Cela permettait aux patients de recevoir les médicaments lors de la consultation – un moyen très efficace d’assurer le traitement précoce. Le médecin Alexandre Wolkoff avait déclaré lors de son debriefing que « plus de 4000 médecins avaient traité plus de 200 000 patients avec des traitements précoces avec succès »

A l’inverse dans l'Etat d'Amazonas, il était difficile de trouver les médicaments, même si un médecin les prescrivait.

L’auteur de l’étude conclut donc que :

« Des recherches approfondies futures peuvent fournir une réponse fondée pour expliquer cette différence significative, mais le soutien explicite du gouvernement de l'État du Pará, dès le 21 mai 2020, d’un traitement ambulatoire précoce peut avoir joué un certain rôle sur ce résultat. »

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Brésil : 5 fois plus de morts dans l’Amazonas et que le Para – les traitements précoces peuvent avoir joué un rôle

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-