Payer les femmes enceintes pour arrêter de fumer: l'étonnante expérience sera-t-elle efficace ?

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Payer les femmes enceintes pour arrêter de fumer: l'étonnante expérience sera-t-elle efficace ?

Publié le 31/01/2020 à 17:48 - Mise à jour à 17:51
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): France-Soir

-A +A

Faut-il payer les femmes enceintes pour les convaincre d’arrêter de fumer ? L’idée a priori saugrenue est expérimentée dans 16 maternités, et notamment en Bretagne où près d’une fumeuse sur trois ne parvient pas à arrêter la cigarette pendant sa grossesse.

Le tabac est l’une des drogues les plus addictives. Les anciens fumeurs savent qu’il est difficile d’arrêter et, pour beaucoup de femmes, l’heureuse nouvelle d’une grossesse ne suffit pas à renoncer à cette habitude nocive pour leur santé et, plus encore, pour celle de leur bébé à naître.

Elles connaissent pourtant toutes les risques encourus pour le bébé qu’elles portent : augmentation du risque de fausse-couche précoce en début de grossesse et d’accouchement prématuré, retard de croissance in-utéro et risque de malformation accrus… Le tabagisme pendant la grossesse entraîne également, après la naissance, une augmentation significative du risque de mort inexpliquée du nourrisson et des troubles respiratoires tels que l’asthme.

Un bon cadeau de 20€ par mois d’abstinence
Mais puisque leur exposer les risques ne suffit pas toujours, médecins et addictologues ont décidé d’entamer une étude expérimentale a priori étonnante voire, pour certains, choquante : elle est racontée à 20 Minutes par Martine Breton, sage-femme et tabacologue au CHU de Brest. Elle propose aux femmes enceintes fumeuses d’être récompensées, chaque mois, par un bon cadeau de 20€ si elles parviennent à s’abstenir de fumer. Pas question de tricher bien entendu : les participantes à cette étude devaient, à chaque consultation, se soumettre à un test permettant de mesurer le taux de monoxyde de carbone dans leurs poumons.

 

A lire aussi : Bientôt des congés supplémentaires pour les non-fumeurs en France ? 

Plus d’une fumeuse bretonne sur quatre continue à fumer pendant sa grossesse
Les femmes bretonnes sont particulièrement concernées par le tabagisme pendant la grossesse : dans cette région, 28% des fumeuses ne résistent pas à une ou plusieurs cigarettes par jour au cours du troisième trimestre de leur grossesse. Un taux largement supérieur à celui observé sur l’ensemble du territoire français (16%) et en Île-de-France par exemple (11%).

Une idée venue des Etats-Unis
Au total, 460 femmes ont accepté de participer à l’étude dans 16 maternités : à Brest, donc, mais aussi à Nantes, Paris ou Pau. On ne connaîtra le résultat de cette expérimentation qu’au mois de juin, mais les professionnels de santé qui y participent assurent qu’elle est efficace pour certaines femmes. Cette méthode, basée sur la récompense plutôt que sur la culpabilisation, comme l’explique l’un des médecins qui participe à l’étude, est importée des États-Unis où elle aurait fait ses preuves.

Si l’idée montre son efficacité et est adoptée plus largement en France, restera à déterminer qui la prendra en charge financièrement.

Auteur(s): France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Près d'une femme sur trois continue à fumer pendant sa grossesse en Bretagne

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-