Abus, dépendance, effets secondaires: le Décontractyl retiré de la vente

Abus, dépendance, effets secondaires: le Décontractyl retiré de la vente

Publié le 21/06/2019 à 12:42 - Mise à jour à 14:04
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a annoncé ce vendredi 21 le prochain retrait du Décontractyl. Les effets secondaires, provoqués en partie par un mauvais usage, présentent des risques supérieurs aux bénéfices envisagés.

Présent dans les armoires à pharmacie de nombreuses familles françaises, le Décontractyl est un médicament à base de méphénésine, utilisé pour soulager les douleurs et contractures musculaires. Mais il va bientôt disparaître des étals, en raison de risques trop élevés par rapport à ses bénéfices.

L'ANSM a annoncé ce vendredi avoir "décidé de retirer les autorisations de mise sur le marché des spécialités Décontractyl 500 mg, comprimé et Décontractyl Baume (…) en raison des effets indésirables déclarés avec les traitements contenant de la méphénésine".

Voir: Un antibiotique aux effets secondaires "potentiellement irréversibles" retiré

D'une part, l'efficacité du traitement est mis en doute par les études, d'autres part, l'ANSM a relevé "une augmentation des cas d’abus et de dépendance" concernant les comprimés, ainsi que des effets secondaires tels "des malaises, des sensations vertigineuses et des réactions anaphylactiques". Le baume, de son côté, a provoqué dans certains cas "des sensations de brûlures et érythèmes", dont certains chez l'enfant après des contacts avec des adultes traités.

Le rapport bénéfices/risques est donc pour l'ANSM devenu trop défavorable au produit. L'organisme demande donc au médecin de ne plus prescrire ce médicament, et conseille aux patients de stopper le traitement en cours, ce qui ne présente pas de risque.

A partir du 28 juin, les lots encore disponibles seront retirés des pharmacies. "En cas d’apparition de symptôme ou d’inquiétude, n’hésitez pas à demander l’avis de votre pharmacien ou de votre médecin", précise l'ANSM.

Lire aussi:

Grossesse et malformations: après le valporate, les risques d'autres médicaments étudiés

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'ANSM a décidé de retirer le Décontractyl en raison d'effets secondaires trop important.

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-