Affaire du Levothyrox : mise en examen de l’Agence nationale de sécurité du médicament pour “tromperie”

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 14 décembre 2022 - 11:25
Image
Levothyrox
Crédits
AFP
L'ANSM a annoncé avoir été mise en examen, le 5 décembre, pour "tromperie" dans l'affaire du Levothyrox.
AFP

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a annoncé lundi 5 décembre avoir été mise en examen pour tromperie, dans un communiqué. L’ANSM est mise en cause par le juge d'instruction en charge de l’affaire sur la nouvelle formule du Lévothyrox, un traitement contre la thyroïde. Une décision de justice qui fait suite aux plaintes de l’association Alerte Thyroïde, dont la fondatrice a exprimé sa “satisfaction” quant à l’état d’avancement de l’instruction.

L’Agence nationale de sécurité du médicament a procédé en 2017 à la modification de la formule du Lévothyrox, un médicament qui remplace la thyroxine naturelle lorsque celle-ci n'est plus suffisamment sécrétée par la thyroïde. La nouvelle composition posait problème et plus de 30 000 patients ont constaté des effets secondaires comme des crampes, des maux de tête, des vertiges et parfois même la perte de cheveux. La justice procède à l’ouverture d’une enquête pénale en mars 2018 à Marseille.

Avant l’ANSM, le laboratoire Merck

La nouvelle formule et ses effets secondaires suscitent ainsi une action collective de 1 100 plaignants, lancée en septembre 2021 devant le tribunal administratif de Montreuil (Seine-Saint-Denis). L’ANSM était accusée de "défaut de vigilance" et de "défaut d'anticipation".

Suite à sa mise en examen, l'Agence nationale du médicament a fait part de son engagement à “apporter toute sa contribution à la manifestation de la vérité”. Par la même occasion, l’agence “conteste fermement les reproches formulés à son encontre” car, affirme-t-elle, “aucune infraction pénale n'a été commise”.

L’ANSM poursuit dans son communiqué n’avoir “jamais nié les difficultés rencontrées par certains patients au moment du passage à la nouvelle formule du Levothyrox et se préoccupe de manière constante et quotidienne de la sécurité et de la santé des patients”. En juin 2019, l’agence annonçait les résultats d’une étude sur plus de deux millions de patients. Sa conclusion : la nouvelle formule n'avait pas provoqué de "problèmes de santé graves”.

Le Lévothyrox est utilisé quotidiennement par 2,5 millions de patients en France. Ces chiffres proviennent du laboratoire Merck, dont la filiale française a également été mise en examen en octobre 2022 pour “tromperie aggravée”, par le pôle santé du tribunal judiciaire de Marseille.

L’importation de l’ancienne formule prolongée

La mise en examen de l’agence nationale de sécurité du médicament, qui permet l’accès aux produits de santé en France et qui garantit leur sécurité tout au long de leur cycle de vie, satisfait ainsi l’une des parties plaignantes, à savoir l’association Alerte Thyroïde, basée à Mougins et sa présidente fondatrice, Anne-Catherine Colin-Chauley.

"J'avais demandé la mise en examen de l'ANSM dès mes dépôts de plainte", a-t-elle déclaré, citée par France Info. Cette association s'est constituée partie civile auprès de ses 1 500 adhérents et demande à la justice l'annulation du brevet de la nouvelle formule.

Elle a également interpellé le ministre de la Santé sur le fait que moins de moins de 100 000 patients prennent l'ancienne formule du Levothyrox, à savoir l’Euthyrox. Alerte Thyroïde a pour objectif de pérenniser l'ancienne formule sur le territoire français à travers un allongement des délais d’importation. Une requête satisfaite mardi 6 décembre, par le bureau du médicament de la Direction générale de la santé, qui a confirmé la prolongation de l'importation de l'ancienne formule du Levothyrox pour 2023.

Une “information cruciale pour les patients qui n'ont plus de thyroïde car ces derniers ne voulaient pas changer de traitement suite aux désordres provoqués par la nouvelle formule du Levothyrox. Ils avaient décidé pour la plupart de ne rien prendre d'autre, ce qui aurait provoqué leur mort", a déclaré Anne-Catherine Colin-Chauley.

Sur Twitter, les internautes n'ont pas manqué de souligner que l'affaire du Levothyrox devraient désormais amener à mettre en cause l'évaluation de l'ANSM à propos des vaccins contre le Covid-19.

À LIRE AUSSI

Image
merck
Levothyrox : "La mise en examen du laboratoire Merck n’est qu’un début" Me Colin-Chauley
ENTRETIEN - Ce 18 octobre, le laboratoire Merck a été mis en examen pour tromperie aggravée dans l'affaire du changement de formule du médicament Lévothyrox. Victime e...
20 octobre 2022 - 19:35
Opinions > Entretiens
Image
La filiale française du laboratoire pharmaceutique allemand Merck annonce sa mise en examen pour
Levothyrox : le laboratoire Merck annonce sa mise en examen pour "tromperie aggravée"
La filiale française du laboratoire pharmaceutique allemand Merck a annoncé mercredi sa propre mise en examen pour "tromperie aggravée" dans le volet pénal du dossier ...
19 octobre 2022 - 11:00
Société
Image
Justice
CHU de Bordeaux : l’ex-présidente de la Commission des produits de santé condamnée pour prise illégale d’intérêts
L’ex-présidente de la Commission des produits de santé du CHU de Bordeaux a été condamnée par le tribunal correctionnel de la ville à 100 000 € d’amende, dont 25 000 €...
05 octobre 2022 - 11:15
Société

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Hollande
François Hollande, président belliqueux, mais adepte du scooter
Entre théories politiques floues, promesses électorales non tenues et un penchant pour l'action militaire “à mi-chemin", François Hollande aura été plus souvent à la t...
13 juillet 2024 - 12:16
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.