Aïd el-Kébir : le sacrifice du mouton à l’heure du Covid-19 !

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Aïd el-Kébir : le sacrifice du mouton à l’heure du Covid-19 !

Publié le 27/07/2020 à 08:12 - Mise à jour à 09:45
ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): FranceSoir

-A +A

Vendredi 31 juillet marquera le commencement d’un des temps forts de l’année musulmane avec l’Aïd al-Adha ou Aïd el-Kébir. La fête du sacrifice sera particulière en 2020, coronavirus oblige.

La symbolique religieuse du sacrifice

Cette « Grande fête » ou « fête du sacrifice » célèbre la foi d’Ibrahim  et sa soumission à son Dieu. Respectant la volonté de ce dernier, Ibrahim accepte de sacrifier son fils. Au dernier moment, un mouton remplace le fils d’Ibrahim, devenant l’offrande sacrificielle. C’est cet épisode, qui est commémoré avec l’Aïd el-Kébir. Le sacrifice d’un mouton ou d’un agneau reste la tradition chez les musulmans de France, même si dans d’autres pays, des chèvres, des bovins ou même des chameaux peuvent se substituer à ceux-ci.

Un abattage encadré en France

Le sacrifice du mouton peut avoir lieu après la Grande prière du premier jour de l’Aid al-Adha. Traditionnellement, cet abattage était réalisé par les musulmans eux-mêmes avec des abattages à la ferme. En France, tout sacrifice d’un mouton ou d’un agneau doit être réalisé dans un des abattoirs fixes ou mobiles agréés par l’Etat, et les sanctions sont lourdes en cas de non-respect de ces obligations. Le gouvernement français a édité un guide pratique pour encadrer ce sacrifice rituel.

L’Aïd el-kébir en 2020

Les autorités publiques redoutent que cette édition 2020 ne soit à l’origine d’une recrudescence de l’épidémie de coronavirus. Car le sacrifice du mouton, dans  la tradition musulmane, est aussi l’objet de grands rassemblements. Le mouton ainsi abattu est ainsi divisé en 3 parts égales, la première revenant à la famille, la seconde étant destinée à être partagée entre amis et voisins et la troisième devant être donnée aux nécessiteux et aux plus démunis. Avec les gestes barrières, ces rassemblements de plus de 5.000 personnes restent interdits, et des consignes particulières ont été adoptées par les musulmans eux-mêmes.

Auteur(s): FranceSoir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le sacrifice du mouton, un rituel encadré en France

Newsletter





Commentaires

-