Alzheimer: certains somnifères et antihistaminiques pourraient accroître le risque de développer la maladie

Alzheimer: certains somnifères et antihistaminiques pourraient accroître le risque de développer la maladie

Publié le 27/01/2015 à 19:46 - Mise à jour à 22:41
©Flickr Creative Commons
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): MM
-A +A

Les risques de démences, comme la maladie d'Alzheimer, pourraient être liés à l'absorption de certains médicaments. Les somnifères et antihistaminiques sont pointés du doigt.

Les somnifères et antihistaminiques (anti-allergènes) sont des médicaments souvent prescrits par les médecins et souvent sur des périodes assez longues. Une étude américaine, parue dans le très sérieux Journal of the American Medical Association (JAMA) révèle qu'à haute dose, ils favoriseraient l'apparition de démences, dont Alzheimer. Point commun entre ces deux médicaments, ils contiendraient tous une substance appelée anticholinergique: une substance qui bloque l’acétylcholine, un médiateur chimique qui facilite la communication entre les neurones. Cela aurait pour effets, entre autre, de perturber la mémoire, l'apprentissage et l'activité musculaire, précisent les auteurs de l'étude.

Le Docteur  Shelly Gray et ses collègues de l'Université de Washington, en charge de l'étude, ont suivi l'évolution de l'état de santé de 3.434 personnes âgées de 65 ans et plus qui ne présentaient aucun signe de démence au début de l'étude.

Ils ont observé leurs dossiers médicaux et les différentes prescriptions de médicaments afin de déterminer combien d'entre elles avaient pris des médicaments ayant un effet anticholinergique (qui agit donc sur les transmissions entre les neurones), à quelle dose et à quelle fréquence.

Les chercheurs ont ensuite comparé ces prescriptions avec l'apparition, dans les dix ans qui ont suivi, de signes de démence (comme la maladie d'Alzheimer, par exemple) chez 797 des participants à l'étude, soit 23% des sujets de l'étude. "Les adultes âgés devraient savoir qu'un grand nombre de médicaments, dont certains sont vendus sans ordonnance, ont de puissants effets anticholinergiques", souligne Shelly Gray.

Lorsqu’il n’y a pas de choix de traitement de remplacement sans anticholinergique, le Dr Gray recommande aux médecins de prescrire la dose la plus faible possible et de surveiller le patient régulièrement.

 

Auteur(s): MM

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'usage de certains somnifères et antihistaminiques pourrait renforcer les risques de contracter la maladie d'Alzheimer.

Newsletter





Commentaires

-