Anorexie: la peur de grossir n'aurait rien à voir avec cette maladie

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Anorexie: la peur de grossir n'aurait rien à voir avec cette maladie

Publié le 08/06/2016 à 14:55 - Mise à jour à 15:11
©Lydie/Sipa
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Selon une étude de l'Inserm, l'anorexie mentale serait d'avantage liée au plaisir de maigrir qu'à la peur de grossir. Selon les scientifiques, cette découverte pourrait ainsi permettre d'améliorer la prise en charge des patients, ouvrant la voie à de nouvelles pistes thérapeutiques.

Contre toute attente, l'anorexie s'expliquerait par le plaisir de maigrir et non par la peur de grossir. C'est en quelque sorte la conclusion d'une étude de l'Inserm publiée mardi 7 dans la revue Translational Psychiatry. Jusqu'à présent, ce trouble du comportement, qui touche 30.000 à 40.000 personnes en France, reposait sur trois critères: la présence d'une restriction alimentaire menant à la perte de poids, une perception déformée du poids et du corps ainsi qu'une peur intense de grossir, selon le manuel de l'Association Américaine de Psychiatrie (le DSM-5).

Mais sur ce dernier point, les avis divergent. D'après les équipes du  Pr Philip Gorwoord, chef de service à l'hôpital Saint-Anne (Paris) en charge de l'étude, l'anorexie relèverait d'avantage du registre de l'addiction. "Certes, dans les deux cas, cela conduit à la perte de poids. Mais cette découverte est loin d’être anodine, c’est en réalité d’un changement de paradigme qui pourrait avoir un réel impact dans la prise en charge de la maladie: on passe du registre de la phobie à celui de l’addiction, qui n’implique pas les mêmes circuits cérébraux", a-t-il déclaré.

Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs ont analysé les réactions de 70 personnes atteintes d'anorexie mentale et de 20 personnes en bonne santé grâce à un test qui mesure le taux de sudation de la peau. Selon les experts, l'émotion provoquée par certaines images entraînerait une augmentation de la transpiration, rapide et automatique. Ils leur ont ensuite montré des images de personnes en poids normal ou en surpoids. Chez les anorexiques, "la vision de ces images provoquait à peu près la même réaction que les sujets sains", ont indiqué les auteurs de l'étude. En revanche, "face à des images corporelles de maigreur, les patientes présentaient des émotions évaluées comme positives tandis que les sujets sains n’avaient pas de réaction particulière".

Face à cette découverte des plus déconcertantes, les chercheurs pensent désormais à s'orienter vers de nouveaux traitements. "Cela ouvre des perspectives thérapeutiques", a expliqué le Pr Gorwoord, précisant qu'aucun "pays n'a de médicament ayant une autorisation de mise sur le marché pour l'anorexie". "Cela rend le travail des psychiatres qui s'en occupent très difficile", a-t-il ajouté. Conséquence: seuls "un tiers des cas, les formes les moins sévères, se soldent par une rémission réelle".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


L'ancien mannequin Isabelle Caro est décédée des suites de sa maladie le 17 novembre 2010.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-