Aspartame, stévia, sucralose: les édulcorants seraient inefficaces pour la perte de poids

Aspartame, stévia, sucralose: les édulcorants seraient inefficaces pour la perte de poids

Publié le 15/01/2015 à 11:28 - Mise à jour à 15:22
©Durand Florence/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): AZ
-A +A

Selon une étude de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, publiée vendredi 9, les substituts au sucre comme l'aspartame ou le sucralose n'auraient en réalité aucun effet sur la perte de poids, la glycémie et le diabète.

Les accros au soda light, soucieux de garder une taille de guêpe, devraient peut-être revoir leurs habitudes alimentaires. Selon une étude publiée vendredi 9 par l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation (Anses), les substituts au sucre, comme l'aspartame, le sucralose (sucrette) ou le stévia, n'auraient aucun intérêt nutritionnel. Pour parvenir à cette conclusion, l'Anses s'est penchée sur plusieurs études réalisées ces vingt dernières années.

Si ces substituts, appelés "édulcorants intenses", permettent de réduire la consommation de sucre et l'apport énergétique d'un café ou d'un soda à cour terme, les "données sont insuffisantes" pour garantir le maintien de cet effet sur le long terme. Plus surprenant encore, certaines études évoquent même une prise de poids "sans que la causalité de cette association n'ait été établie". 

Les résultats sont sans appel: ces substances ne permettraient ni de contrôler la glycémie ni de prévenir l'apparition du diabète."A ce jour, aucune étude ne prouve le bénéfice de ces additifs au pouvoir sucrant sans calorie sur le contrôle de son poids", ni même sur "la glycémie chez les sujets diabétique ou l'incidence du diabète de type 2", a indiqué l'Anses.

Pour autant, les édulcorants ne seraient pas considérés comme dangereux pour la santé. Selon l'Anses, la consommation d'édulcorants ne présente "ni risque ni bénéfice". L'agence a toutefois recommandé que de nouvelles études soient menées sur des risques potentiels de cancer ou d'accouchement prématuré en cas de consommation trop intense. 

En conclusion, l'Anses insiste sur l'inutilité de remplacer le sucre par ces édulcorants. Selon l'agence, le mieux serait de réduire globalement le goût sucré de l'alimentation, dès le plus jeune âge. 

Auteur(s): AZ

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les édulcorants intenses n'auraient aucun effet nutritionnel.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-