Au Bénin, les autorités médicales se tournent aussi vers les traitements précoces

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Au Bénin, les autorités médicales se tournent aussi vers les traitements précoces

Publié le 06/09/2021 à 14:29
DR
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Le Bénin, à l'instar de l'Inde, fait montre d'indépendance et de discernement en apprenant de ses erreurs et en changeant de stratégie. Plutôt que de mettre la pression sur les médecins qui veulent soigner et de tout faire reposer sur la vaccination, ils décident de mettre la pression sur ceux qui ne soignent pas.

Le 1er septembre dernier, le ministère de la Santé de la République du Bénin a fait tourner une note circulaire intitulée "Portant mise sous traitement systématique et précoce de tout sujet contact et de tout cas suspect de covid-19".

Alors qu'en juillet, le pays ne connaissait que très peu de cas, la rentrée des Béninois a fait naître, comme le précise la circulaire, une forte recrudescence des cas dans le pays. À la date du 31 août, le gouvernement rapportait 135 décès pour un total de 16 946 cas (taux de létalité de 0,8 % ; taux de mortalité de 0,001 %). En réaction, les autorités médicales ont d'abord préconisé une accélération de la vaccination en déplorant une trop faible couverture vaccinale. Cela étant, le Bénin n'a reçu que peu de doses jusqu'à maintenant (~ 650 000) et ne peut donc pas assurer la couverture de ses 13 millions d'habitants. Aussi, des mesures ont été prises pour endiguer la propagation du virus, telle que l'annulation des grands événements qui étaient prévus.

À la date du 1er septembre, seul 1% de la population béninoise avait reçu au moins une dose de vaccin. Cela étant, le gouvernement rapporte le même jour que "sur 274 cas graves répertoriés [entre le 16 et le 22 août], 264 n’avaient reçu aucune dose de vaccin."

Ces résultats de la vaccination n'étant pas suffisants, les autorités médicales ont pris la décision de se reconcentrer sur les traitements précoces : ici la chloroquine. Il est intéressant de voir que dans certains pays, qui n'ont pourtant pas toujours les mêmes moyens qu'en Occident, l'étude des données et des résultats factuels provoquent naturellement un changement de stratégie, une adaptation intelligente à la situation sanitaire. Une leçon d'humilité ?

Voir aussi : Dr Abdoulaye Bousso : "tout n'est pas qu'une question de moyens"

Pour revenir sur la campagne de vaccination, sur les traitements précoces mais aussi sur la gestion de crise sanitaire plus globalement, nous avons recueilli les propos de Gatien Lokossou, docteur en immunologie et enseignant au Bénin :

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Soigner ou ne pas soigner, telle est la question.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-