Avoir un enfant après un cancer du sein, c'est possible

Avoir un enfant après un cancer du sein, c'est possible

Publié le 04/06/2017 à 16:57 - Mise à jour à 17:06
©Regis Duvignau/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Selon une nouvelle étude, dévoilée à Chicago, avoir un enfant après avoir été atteinte d'un cancer du sein serait tout à fait possible. Ainsi, d'après ses conclusions, le risque de rechute n'augmenterait pas en tombant enceinte et ce, malgré le chamboulement hormonal.

Avoir un enfant après avoir été atteinte d'un cancer du sein serait tout à fait possible: telle est la conclusion d'une étude présentée actuellement au Congrès annuel de l'American Society of Clinical Oncology (ASCO) à Chicago.

Jusqu'à présent, nombre de médecins redoutaient que la grossesse, en raison d'un chamboulement hormonal, réenclenche la maladie. Car, rappelons-le, la croissance de certains cancers du sein est liée aux hormones. En parallèle, pour être enceinte, les femmes en rémission devaient interrompre le traitement hormonal destiné à prévenir une éventuelle rechute. Seulement voilà: comme le rappelle Les Echos, il est recommandé de respecter cette médication pendant au moins cinq ans.

Mais toutes ces craintes viennent d'être balayées par cette nouvelle étude. En effet, selon les scientifiques, le risque de rechute n'augmenterait pas en tombant enceinte. Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs ont analysé les données de 1.207 femmes de moins de 50 ans. Et les résultats sont sans appel: dix ans après le diagnostic de la maladie, aucune différence n'a été décelée entre les femmes qui étaient tombées enceintes et les autres. Même chose pour celles qui ont connu la grossesse au bout de deux ans et celles qui ont attendu plus longtemps.

"Nos résultats montrent qu'il ne faut pas dissuader systématiquement les femmes mais considérer le risque de rechute de chaque femme individuellement pour décider combien de temps elle doit laisser passer avant une grossesse", a expliqué l'un des participants à l'étude, Matteo Lambertini, précisant qu'une ancienne malade pouvait également allaiter. Même si elle avait subi une intervention chirurgicale. Désormais, une autre étude est actuellement réalisée afin de confirmer ou infirmer ces résultats.

Pour rappel, le cancer du sein est la principale cause de décès par cancer chez les femmes dans le monde (521.900 décès en 2012) devant le cancer du poumon (491.200 décès). Selon l'Institut national du cancer (INCa), quelque 20% des femmes ont des risques élevés d'avoir un cancer du sein avant l'âge de 50 ans.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le risque de rechute n'augmenterait pas en tombant enceinte, selon cette nouvelle étude.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-