Bientôt un test sanguin pour détecter le cancer du poumon

Bientôt un test sanguin pour détecter le cancer du poumon

Publié le 10/11/2015 à 10:35 - Mise à jour à 10:55
©Isopix/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Le CHU de Nice a annoncé lundi 9 le lancement d'une étude afin de valider un test sanguin de dépistage du cancer du poumon. Celui-ci permettrait de détecter la maladie des années avant que cette dernière ne soit visible par les techniques classiques d'imagerie, une première mondiale.

Une goute de sang pourrait suffire à lancer l'alerte. Le CHU de Nice a annoncé lundi 9 le lancement d'une étude en vue de la validation d'un test sanguin de dépistage du cancer du poumon. Une première mondiale puisque celui-ci permettrait de détecter la maladie des années avant qu'elle ne soit visible par les techniques classiques d'imagerie.

Développé par la société Rarcells Diagnostics, ce test sanguin capable de détecter les cellules tumorales circulantes bien avant les radiographies ou scanner aurait donc pour but d'"aider à guérir des patients dont le pronostic reste aujourd'hui encore catastrophique", explique Paul Hofman, coordonnateur de l'étude au CHU de Nice, cité par Le Parisien. Car, à l'heure actuelle, dans les trois quart des cas, le cancer du poumon, première cause de mortalité par cancer chez les hommes en France (21.326 morts en 2012) et deuxième chez la femme (8.623 décès en 2012), est détecté alors qu'il est déjà trop tard pour proposer un traitement curatif.

Baptisée Air, l'étude fera appel à 600 volontaires âgés de plus de 55 ans fumeurs ou anciens fumeurs atteints d'une bronchopathie chronique obstructive (BPCO), via un site internet. Ce dernier leur permettra d'entrer en contact avec le réseau de CHU français associé à l'étude. En plus des établissements de Nice, les CHU de Marseille, Montpellier, Toulouse, Grenoble, Saint-Etienne, Strasbourg, Nancy, Reims, Rouen, Amiens, ainsi que les hôpitaux Tenon, Bichat et Georges-Pompidou de Paris seront mobilisés dès 2016. Les fonds nécessaires à ce projet (900.000 euros) ont été réunis grâce au concours du département des Alpes-Maritimes, de la Ligue contre le cancer, de la Fondation Unice de l’Université de Nice-Sophia-Antipolis et du Fonds de dotation du CHU de Nice.

Pendant trois ans, les volontaires seront soumis à un simple test sanguin couplé à un scanner thoracique. "Tous les échantillons seront envoyés à Nice et examinés sur place, précise Paul Hofman. Nous attendons les résultats de l’étude pour 2019. Le test pourra être ensuite validé et proposé partout en France et à l’étranger".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Pendant trois ans, les volontaires seront soumis à un simple test sanguin couplé à un scanner thoracique.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-