Boris Johnson veut un traitement précoce contre la Covid d'ici l'automne

Boris Johnson veut un traitement précoce contre la Covid d'ici l'automne

Publié le 20/04/2021 à 23:44 - Mise à jour le 21/04/2021 à 16:35
FranceSoir
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Boris Johnson, le Premier ministre britannique, lance un nouveau « groupe de travail sur les antiviraux » pour trouver un traitement et permettre aux patients malades de se traiter à domicile, peut-on lire dans un article du DailyMail de ce jour.

Points principaux

  • Le gouvernement britannique lance un « groupe de travail sur les antiviraux » pour trouver deux médicaments d'ici l'automne que les gens pourront utiliser à domicile.
  • Ce seront des cachets à prendre à la maison avant que la Covid ne se développe, permettant la réduction des besoins d’hospitalisation.
  • Le personnel du gouvernement, les scientifiques universitaires et les experts des sociétés pharmaceutiques feront partie du panel.
  • La plupart seront vaccinés à ce moment-là, mais les médicaments aideront à contrôler les épidémies locales et les pics de cluster épidémique.

Ce jour il y a eu 2524 cas de Covid et 33 décès supplémentaires au Royaume-Uni - de faibles augmentations par rapport à mardi dernier.

Les Britanniques pourraient se voir proposer des pilules pour traiter la Covid à domicile à partir de l'automne de cette année grâce à un nouveau groupe de travail sur les antiviraux mis en place par le 10 Downing Street. Boris Johnson a déclaré aujourd'hui qu'il rassemblerait une équipe de scientifiques pour trouver des moyens pour que les gens soient soignés sans aller à l'hôpital, car le Royaume-Uni doit « apprendre à vivre avec cette maladie, comme nous vivons avec d'autres maladies ».

Aucun médicament n'a été choisi, mais le gouvernement est déjà en pourparlers avec les entreprises pharmaceutiques au sujet des traitements antiviraux «prometteurs» en cours de développement, et les responsables sont désireux d'obtenir de nouveaux médicaments qui ne sont pas déjà utilisés.  

La plupart des recherches jusqu'à présent se sont concentrées sur des traitements pour les patients hospitalisés et il n'existe actuellement aucun traitement à domicile pour l'infection qui est couramment utilisé par le NHS. On dit généralement aux personnes qui ne sont pas gravement malades de se reposer et de prendre du paracétamol ou de l'ibuprofène.

Les chercheurs ont découvert que le stéroïde budésonide pour l'asthme pouvait réduire le temps de récupération des malades de trois jours s'ils utilisaient un inhalateur à 20 euros deux fois par jour. Les autorités de santé ont déclaré qu'il n'y avait pas suffisamment de preuves pour en faire le soin standard, mais les médecins généralistes peuvent prendre sur eux de le prescrire aux patients plus âgés. À présent, les ministres comptent sur les experts pour trouver au moins deux traitements bon marché que les gens peuvent prendre à domicile plus tard cette année. Ils seront proposés aux personnes qui ont été testées positives pour Covid ou qui ont été en contact étroit avec une personne infectée - si elles vivent avec elle, par exemple.

Le panel sera composé de fonctionnaires, d'experts universitaires et de membres de sociétés pharmaceutiques et le poste de président sera annoncé publiquement au lieu d'être embauché en interne. Ils se sont engagés à trouver de « nouveaux médicaments antiviraux », a déclaré le ministère de la Santé, ce qui signifie que les médicaments qui ne sont pas actuellement utilisés par le NHS ou vendus dans le commerce sont soumis à des essais cliniques au cours de l'été.

Boris Johnson a déclaré que les médicaments pourraient « fournir une autre défense vitale contre toute augmentation future des infections et sauver plus de vies », et il y a des espoirs qu'ils aideront à empêcher les nouveaux variants de rendre les gens gravement malades - les souches mutées augmentent le risque de maladie même après la vaccination.

Le Premier ministre a déclaré lors d'une conférence de presse à Downing Street (ndlr : bureau du Premier ministre) aujourd'hui: « Cela signifie, par exemple, que si vous testez positif, il pourrait y avoir un cachet que vous pourriez prendre à la maison afin d’arrêter le virus dans son élan et réduire considérablement le risque que l'infection se transforme en plus maladie grave. Ou si vous vivez avec une personne qui a été testée positive, il se peut qu'il y ait une pilule que vous pourriez prendre pendant quelques jours pour vous empêcher de contracter vous-même la maladie. »

Avec cette déclaration, les traitements précoces vont donc devenir la norme au Royaume-Uni. Le seul point qui reste à évoquer est le prix de ces traitements car s'ils sont développés en conjonction avec des laboratoires pharmaceutiques, on attendra de voir le prix et les contrats d’acquisition. Gageons qu’il seront sans nul doute à des prix supérieurs aux médicaments génériques repositionnés. Ce serait donc une avancée pour les patients presque 18 mois après l’annonce de la bithérapie du professeur Raoult, traitement utilisé aussi en Chine et dans de nombreux pays. Cependant ce sera une victoire double pour les laboratoires qui auront non seulement reçu la manne céleste des vaccins et en plus recevrons sans nul doute celle de ces traitements précoces plus onéreux que les génériques repositionnés. Un victoire totale pour les labos. La santé oui bien sûr, mais au prix fort pour le patient-contribuable.

Un médecin généraliste réagit à cette annonce : "En France, pendant que les anti-raoults sont devant leur poste de télévision à regarder une emission à charge contre le Professeur Raoult, les anglais pragmatiques mettent le paquet sur les traitements précoces, ce n'est pas assez de perdre au Rugby à la dernière minute mais là on perd du temps alors que l'on a un infectiologue mondialement reconnu avec un staff hors pair que le monde nous envie". Le pragmatisme britannique, poussera-t-il Boris Johnson à consulter et inviter le professeur Raoult pour les traitements précoces ?

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Boris Johnson veut un traitement précoce contre la Covid d'ici l'automne.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-