Cancer du pancréas: l'espoir d'un remède passe par un virus génétiquement

Cancer du pancréas: l'espoir d'un remède passe par un virus génétiquement

Publié le 12/01/2015 à 17:48 - Mise à jour le 13/01/2015 à 10:52
©EmilyDPardo/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Pierre Plottu
-A +A

Grâce à un virus génétiquement modifié pour s'attaquer uniquement aux cellules cancéreuses du pancréas, une équipe de l'Inserm a obtenu des résultats qui laissent entrevoir une lueur d'espoir dans la lutte contre le cancer du pancréas, qui est l'un des plus meurtriers. La prochaine étape: un essai clinique sur l'homme.

Le cancer du pancréas est l'un des plus agressifs et meurtriers qui soit. Les chiffres sont accablants: plus des trois quarts des malades décèdent dans l'année qui suit le dépistage et le taux de survie à cinq ans est de moins de 5%. La communauté scientifique suit donc avec beaucoup d'attention les travaux prometteurs d'une équipe toulousaine de l'Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale), qui vient de mettre au point un virus modifié qui attaque directement les cellules cancéreuses du pancréas.

De type "oncolytique", ce virus génétiquement manipulé est ainsi capable d'infecter et de détruire uniquement les cellules cancéreuses du pancréas, tout en étant inoffensif pour les cellules saines. L'équipe de Pierre Cordelier, le responsable de l'étude, est partie d'une souche d'"Herpes simplex", que les chercheurs ont progressivement modifiée jusqu'à ce qu'elle exprime les comportements souhaités.

Lors des premières expérimentations "in vitro", c'est-à-dire hors du milieu vivant, en laboratoire, les résultats ont été à la hauteur des attentes des chercheurs. Le virus infectait ainsi les cellules malades, qu'il détruisait, avant de se propager uniquement aux autres cellules cancéreuses.

Forte de ces bons résultats, l'équipe est donc passée aux tests "in vivo", sur des tumeurs greffées à des souris de laboratoire. Succès à nouveau, même s'il est plus limité: "Une unique injection du virus modifié, associée à une chimiothérapie, a drastiquement réduit la taille des tumeurs, sans effet indésirable dangereux pour les animaux", précise l'Inserm dans un communiqué.

L'équipe de Pierre Cordelier vient ainsi de prouver l’efficacité des virus "oncolytiques". Pour le responsable de l'étude, "plus rien ne s’oppose au lancement d’un essai clinique chez l’homme". A suivre, donc.

 

 

Auteur(s): Pierre Plottu

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Avec un taux de survie à cinq ans de moins de 5%, le cancer du pancréas est l'un des plus meurtrier.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-