Cancer : un cas sur vingt-cinq serait dû à la consommation d'alcool

Cancer : un cas sur vingt-cinq serait dû à la consommation d'alcool

Publié le 20/07/2021 à 10:00
© GEORGES GOBET / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Une nouvelle étude vient d’être publiée par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) dans la revue médicale The Lancet Oncology : elle dévoile qu’un cancer sur 25 serait lié à la consommation d’alcool du patient, soit 4 % des cas de cancer détectés dans le monde en 2020.

Que la consommation d’alcool soit excessive ou « légère et modérée », le risque est presque identique selon l’étude. 86 % des cancers liés à l’alcool serait dû à une consommation excessive de celui-ci, c’est-à-dire plus de deux boissons alcoolisées par jour. Cependant, toujours selon l’étude du CIRC, une consommation « légère et modérée », soit l’équivalent de deux verres d’alcool par jour, enclenche « un cas sur sept attribuable à l’alcool, c’est-à-dire plus de 100 000 nouveaux cas de cancer dans le monde » en 2020. L’étude a répertorié sept cancers dont le risque devient plus élevé à cause de la consommation d’alcool : cavité buccale, pharynx, œsophage, côlon-rectum, foie et sein chez les femmes. Pour arriver à cette conclusion, les scientifiques ont croisé des données de consommation d’alcool par régions du monde dix ans auparavant et les types de cancer : ils ont estimé que 4 % du total de nouveaux cancers dans le monde en 2020 était lié à l’alcool, soit 741 300 cas. En France, le pourcentage est plus important : 5 % des nouveaux cas de cancer sont imputables à l’alcool. « Il existe un délai entre la consommation d’alcool et le développement éventuel d’un cancer, il est donc nécessaire de prendre en compte une période de latence entre l’année des données d’exposition à l’alcool et l’année du diagnostic de cancer », explique le Dr Harriet Rumgay, du CIRC en France, selon SciencePost. Les hommes représentent 75 % des cas de cancer liés à l’alcool, soit 567 000 cas dans le monde en 2020.

Cependant, la revue médicale qui publie l’étude souligne une limite : l’étude n’intègre pas d’autres facteurs, qui pourraient s’ajouter aux risques de cancer, comme le tabagisme ou l’obésité.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un verre de vin

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-