Ces Français inquiets qui veulent se faire dépister pour Noël : les pharmacies seront-elles prises d’assaut ?

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 08 décembre 2020 - 13:11
Image
Le midazolam, un puissant sédatif jusqu'ici réservé à un usage hospitalier, sera disponible d'ici quatre mois dans les pharmacies de ville pour les "médecins qui prennent en charge des patients en fin
Crédits
© PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives
Les pharmaciens risquent fort d'être très sollicités juste avant Noël
© PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives
Comment va-t-on pouvoir célébrer Noël ? C’est la question qui est sur toutes les lèvres, d’autant plus à l’heure où le ministre de la Santé comme le directeur général de la Santé annoncent que l’objectif des 5000 cas positifs quotidiens ne sera pas atteint le 15 décembre. 
 
Une bonne part de Français, 26% précisément selon un sondage IFOP, se montrent précautionneux et déclarent qu’ils se feront tester avant d’aller réveillonner. 
 
Pour que ces tests de dépistage soient utiles, ils devront donc, en théorie, être effectués la veille, voire le jour même. Au vu des délais d’attente pour les résultats des tests PCR, la solution des tests antigéniques devrait logiquement s’imposer. 
 
Tests antigéniques en pharmacie
 
Et il y a fort à parier que les personnes qui opteront pour cette solution de tests rapides feront au plus simple, c’est-à-dire un passage à la pharmacie. Les pharmaciens qui en ont commandé sont en effet en mesure de pratiquer ces tests, qui donnent un résultat en 20 à 30 minutes.
 
La question est de savoir si les pharmacies, déjà en pleine campagne de vaccination contre la grippe, auront les moyens techniques et humains de pratiquer ces tests. De longues queues risquent bien de se former devant les officines le 24 décembre…
 
Pour les professionnels de santé, ces « dépistages express » ne sont pas forcément une bonne idée. Ils sont certes gratuits (pas pour la Sécurité sociale, cependant), pratiques et rassurants, mais encore faut-il avoir conscience de la fiabilité moindre des tests antigéniques, en particulier sur les personnes asymptomatiques.
 
Tests de confort et faux sentiment de sécurité
 
Le président de la Confédération des syndicats médicaux français prévient sur les faux négatifs :
 
« Dans un cas sur trois, voire un cas sur deux, le test revient négatif alors que la personne [asymptomatique] est porteuse du virus »
 
De leur côté, les biologistes rappellent que les tests de dépistage ne sont nécessaires que lorsqu’il y a un doute et que les tests de confort risquent surtout de saturer les laboratoires. 
 
Le corps médical craint également un faux sentiment de sécurité procuré par un résultat négatif, qui pourrait pousser à se défaire, le temps d’un réveillon, des gestes barrière. 
 
Pour les plus inquiets, il y a encore une « solution », préconisée par exemple par une infectiologue de l’AP-HP : 
 
« Ce que l’on peut conseiller aux gens qui vont voir leur famille, c’est de s’auto-confiner pendant les sept jours précédents »
 
Gageons que cette préconisation fera beaucoup moins d'adeptes... 
 

À LIRE AUSSI

Image
La guerre des vaccins
Interpol lance une alerte mondiale sur les vaccins, comme cibles du crime organisé
L’alerte sur les vaccins Covid-19 lancée la semaine dernière par Interpol est une notice orange, soit « une alerte concernant un événement, une personne, un objet ou u...
07 décembre 2020 - 13:28
Société
Image
Laboratoire
Vaccination SARS-CoV-2 : le Dr Wodarg et le Dr Yeadon disent stop !
La vaccination ne serait-elle pas le long fleuve tranquille escompté par les grands laboratoires et les gouvernements ?Deux médecins de premier plan, le Britannique Mi...
03 décembre 2020 - 14:28
Société

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.