Classes fermées : la valse-hésitation sur la garde des enfants

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Classes fermées : la valse-hésitation sur la garde des enfants

Publié le 08/09/2020 à 10:45
© XAVIER LEOTY / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A
Alors que les fermetures de classes ou d’établissements se multiplient du fait de l’épidémie de coronavirus, le gouvernement n’est pas au point sur les solutions quant à la garde des enfants à la maison. 
 
Le mardi 1er septembre sur France Info, soit le jour de la rentrée, Gabriel Attal assurait : « On a mis en place tous les scénarios ». Le porte-parole du gouvernement ajoutait que « le congé parental sera possible pour les parents » en cas de fermeture de classe. 
 
Trois jours plus tard, la ministre du Travail Elisabeth Borne prenait le contrepied de son collègue, toujours sur France Info :
 
« La priorité, ce sont des gardes d’enfants pour que les parents puissent continuer à travailler »
 
Un troisième ministre est entré dans l’arène des solutions qui n’en sont pas encore ce lundi 7 septembre. Il s’agit en réalité du premier concerné, puisque Jean-Michel Blanquer.
 
Le droit commun ne suffit pas
 
Invité cette fois de BFM TV, le ministre de l’Education nationale a lui aussi parlé de congé parental et rappelé que 
 
« C’est le droit commun qui s’applique avec la possibilité de rester chez soi quand on a un enfant à garder »
 
Ce n’est pas si simple. Les parents salariés (et uniquement les salariés) ont en effet droit, en règle générale, à trois journées d’absence par an pour garde d’enfant malade, cinq jours s’ils ont trois enfants de moins de 16 ans à charge. 
 
Cela ne suffit évidemment pas en cas de quatorzaine. Les témoignages de parents se multiplient, à qui l’employeur a préféré demander un arrêt de travail ou un congé sans solde, quand il n’a pas tout bonnement refusé l’absence. 
 
Bref, la fermeture d’une classe ou d’un établissement en raison de cas ou de suspicion de Covid-19 et le retour forcé à la maison des enfants tourne bien souvent au casse-tête et à la débrouille. 
 
Un dispositif encore à venir 
 
Etonnamment, rien n’avait semble-t-il été prévu pour ces enfants obligés à la quatorzaine. La balle a bien failli être renvoyée dans le camp des collectivités locales, invitées la semaine dernière, alors que les premiers cas apparaissaient, à mettre en place des « modes de garde », pour reprendre les mots de Jean Castex. 
 
Une semaine après la rentrée, ce sont 28 écoles, collèges ou lycées, et 262 classes qui ont dû (pour le moment) refermer leurs portes. 
 
Que les parents se rassurent (ou pas), le ministre de l’Education nationale promet une prise en charge, dit réfléchir à un dispositif et assure :
 
« Il y aura sans doute de nouvelles mesures annoncées par le premier ministre (…) probablement cette semaine »
Si une indemnité journalière est actée, l'association de parents d'élèves FCPE demande à ce qu'elle représente 100% des revenus. 

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Une semaine après la rentrée, 262 classes ont fermé leurs portes pour au moins 14 jours

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-