Colmar: ouverture du procès des deux "rebelles" de la maladie de Lyme

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
Publié le 07 octobre 2016 - 12:37
Image
Une tique se nourrissant
Crédits
©GrookDaOger/Wikimedia Commons
Les accusés expliquent que les textes actuels passent à côté de nombreuses contaminations.
©GrookDaOger/Wikimedia Commons
Deux soignants, qui ont proposé des modes de détection alternatifs de la maladie de Lyme, sont jugé en appel. Ils avaient été condamnés en première instance.

Le procès en appel de deux professionnels de santé, poursuivis pour avoir mis en oeuvre des méthodes alternatives pour détecter et soigner la maladie de Lyme, s'est ouvert vendredi 7 à Colmar, sur fond de polémique persistante sur la prise en charge de cette affection transmise par les tiques.

L'une des deux prévenus, Viviane Schaller, 68 ans, se voit reprocher d'avoir, dans son laboratoire d'analyses biologiques alors basé à Strasbourg - et aujourd'hui fermé, sur décision des autorités sanitaires -, appliqué pendant des années un protocole de dépistage de la maladie non homologué. Selon elle, les protocoles officiels sont inadaptés et ne permettent de détecter qu'une très faible proportion des cas de Lyme.

Son coprévenu, Bernard Christophe, 67 ans, est poursuivi pour avoir fabriqué et commercialisé hors du cadre réglementaire un remède à base d'huiles essentielles contre la maladie de Lyme, baptisé "Tic Tox".

En première instance, en novembre 2014, les deux professionnels, tous deux diplômés en pharmacie, avaient été condamnés à neuf mois de prison avec sursis et à d'importantes indemnités par le tribunal correctionnel de Stasbourg.

Soutenus par des milliers de patients en colère, réunis en association, ils avaient alors estimé avoir été condamnés pour avoir dénoncé le "déni", par les pouvoirs publics, de cette pathologie infectieuse - potentiellement très invalidante quand elle provoque des douleurs persistantes ou des paralysies. "J'ai mis le doigt sur une anomalie, ça dérange", avait alors commenté Mme Schaller.

Ce nouveau procès survient alors que le gouvernement vient d'annoncer, fin septembre, un "plan national" pour améliorer la prise en charge de la maladie de Lyme, qui met notamment l'accent sur le développement de nouveaux tests de diagnostic.

"Ce plan vise à éviter le sentiment d'abandon et l'errance thérapeutique auxquels sont confrontés des malades de Lyme", a expliqué la ministre de la Santé Marisol Touraine.

Selon les avocats des prévenus, cette annonce gouvernementale apportera nécessairement un nouvel éclairage aux débats. Les magistrats "ne peuvent pas faire comme si cela n'existait pas", a dit à l'AFP l'avocate de M. Christophe, Me Catherine Faivre.

"Plus personne ne peut dire que les tests actuels sont fiables, sinon pourquoi la ministre aurait-elle fait une telle annonce?", a renchéri l'avocat de Mme Schaller, Me Julien Fouray.

 

À LIRE AUSSI

Image
Un tique.
Maladie de Lyme: comment s'en prémunir?
Provoquée par les tiques, la maladie de Lyme peut avoir de graves conséquences neurologiques. Alors qu'une proposition de loi pour améliorer son diagnostic a été rejet...
07 février 2015 - 19:56
Lifestyle
Image
Une tique sur une main.
Maladie de Lyme: 100 médecins tirent la sonnette d'alarme
Des médecins en colère du manque de reconnaissance de la maladie de Lyme signent une tribune publiée ce mercredi sur le site de "L'Obs" jeudi 14. Ils dénoncent un manq...
13 juillet 2016 - 17:03
Société
Image
Matthias Lacoste, atteint de la maladie de Lyme
Maladie de Lyme: une grève de la faim pour "le droit de guérir" (VIDEO)
Atteint depuis plus de dix ans de la maladie de Lyme, un homme de 33 ans a entamé une grève de la faim pour protester contre la faible reconnaissance de sa pathologie ...
21 juin 2016 - 16:31
Société