Doses de rappel : l'OMS critique les pays qui pensent "sortir de la pandémie" en les multipliant

Doses de rappel : l'OMS critique les pays qui pensent "sortir de la pandémie" en les multipliant

Publié le 23/12/2021 à 13:42
AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Une critique frontale de la stratégie des pays les plus riches : lundi 20 décembre, lors d’une conférence virtuelle donnée depuis Genève, le directeur de l’OMS (Organisation mondiale de la Santé), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a affirmé que la dose de rappel ne devait pas être une priorité. « La très grande majorité des hospitalisations et des morts sont des gens qui ne sont pas vaccinés, pas des gens qui n’ont pas eu de dose de rappel », a-t-il souligné.

L’ancien ministre de la Santé éthiopien va même plus loin, en affirmant que les doses de rappel sont contreproductives, car elles donnent le sentiment qu’il s’agit « d’un ticket pour aller de l’avant avec les célébrations prévues [pour les fêtes de fin d’année, ndlr], sans la nécessité d’autres précautions­ ».

Objectif : 70% de vaccinés dans le monde

Mais le plus grand problème que cela pose à ses yeux, est que ces campagnes massives de rappel privent de vaccins les pays les plus pauvres qui en auraient le plus besoin. « Des programmes de rappel sans discernement ont toutes les chances de prolonger la pandémie, plutôt que d’y mettre fin, en détournant les doses disponibles vers les pays qui ont déjà des taux de vaccination élevés, offrant ainsi au virus plus de possibilités de se répandre et de muter », a-t-il affirmé, en dépit du fait que certains scientifiques affirment à l’inverse que la vaccination favorise l’apparition de nouveaux variants.

Cette position de l'OMS n'est pas nouvelle. Il y a près de six mois, son directeur tenait déjà ce discours :

Mais elle intervient alors que les pays les plus avancés dans la vaccination de masse insistent dans leur schéma de doses de rappel. En Israël, pays pionnier et "laboratoire" de la vaccination généralisée, une quatrième dose a été annoncée mardi pour les plus de 60 ans et les soignants, par le Premier ministre Naftali Bennett.

Mais le reste du monde n'a pas suivi, loin de là : seuls 40% des États membres de l’OMS ont réussi à atteindre l’objectif de vacciner 40% de leur population à la fin de l’année 2021. « La priorité mondiale doit être de soutenir tous les pays pour atteindre l’objectif de 40 % le plus rapidement possible et l’objectif de 70 % d’ici au milieu de l’année prochaine », a martelé Tedros Adhanom Ghebreyesus, alors que le Covid-19 a fait, selon l’OMS, plus de 3,5 millions de victimes à travers le monde en 2021. C’est plus que le SIDA, le paludisme et la tuberculose réunis.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Pour le directeur de l'OMS, les doses de rappel seraient inutiles, voire contreproductives.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-