Covid-19 : les tests salivaires déployés dans les écoles, collèges et lycées

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 12 février 2021 - 13:16
Image
Le Premier ministre Jean Castex à l'Elysée, le 20 janvier 2021
Crédits
© Ludovic MARIN / AFP/Archives
Jean Castex
© Ludovic MARIN / AFP/Archives

Jeudi, la Haute Autorité de santé a donné son feu vert au déploiement des tests RT-PCR salivaires. Ils seront déployés à grande échelle et en priorité dans les écoles, les collèges et les lycées, a annoncé le Premier ministre Jean Castex.

 

Des tests salivaires pour tous

Pour se faire dépister de la Covid-19, il sera bientôt possible d’utiliser un test RT-PCR salivaire et plus seulement un prélèvement nasopharyngé. Ce jeudi, la Haute Autorité de santé (HAS) a en effet rendu un avis favorable au déploiement de masse de ces tests auprès des personnes sans symptômes. Ils étaient jusqu’ici réservés aux personnes présentant des symptômes de la Covid-19 et à celles qui ne pouvaient supporter le prélèvement nasopharyngé, comme les malades d’Alzheimer ou les tout-petits.

Contrairement aux tests rapides, les tests RT-PCR salivaires ne seront pas réalisés en pharmacie, mais analysés en laboratoire de biologie médicale après un auto-prélèvement de salive. « Ces tests ne sont pas plus rapides, mais plus faciles à prélever et beaucoup mieux tolérés », a indiqué Dominique Le Guludec, présidente de la HAS.  Aujourd’hui, la sensibilité des test salivaires s’élève à 85 % en moyenne et dépasse donc le minimum requis de 80 % fixé par la HAS. Ils restent cependant moins performants que les tests réalisés par prélèvement nasopharyngé.

 

Priorité aux établissements scolaires

En déplacement jeudi après-midi dans une école du 13e arrondissement de Paris où les tests salivaires sont expérimentés, Jean Castex s’est félicité de l’arrivée de cette « technique beaucoup moins désagréable » et « extrêmement prometteuse ». « Nous avons décidé de la déployer d'abord en direction des enfants, dans les écoles, les collèges, les lycées. C'est un public plus fragile, plus réticent au test nasopharyngé », a précisé le chef du gouvernement, qui a aussi annoncé un objectif de « 200 000 tests par semaine, sans doute davantage ». « Avec cette technique, nous allons encore pouvoir renforcer la surveillance épidémiologique », a assuré Jean Castex.

À LIRE AUSSI

Image
Recovery Highway to hell
Perronne dans le NEJM : Recovery contestée, brèche dans le déni autour de l'hydroxychloroquine ?
Le New England Journal of Medicine (NEJM) vient de mettre en ligne ce 10 février 2021, une lettre à l'éditeur, intitulée « Inquiétude au sujet des hautes doses d'HCQ (...
11 février 2021 - 12:30
Société
Image
Le président Emmanuel Macron lors d'une rencontre avec la Convention citoyenne pour le climat le 14 décembre 2020 à Paris
Emissions de gaz à effet de serre, Macron a t-il raison de se féliciter ?
La ministre de la Transition écologique a annoncé que la France avait réduit de 1,7% ses émissions de gaz à effet de serre en 2019. Des résultats qui ne font pas l’una...
11 février 2021 - 15:53
Politique
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don