Crèmes anti-âge et solaires : un ingrédient soupçonné cancérogène

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Crèmes anti-âge et solaires : un ingrédient soupçonné cancérogène

Publié le 08/03/2021 à 12:10 - Mise à jour à 14:35
©Mychele Daniau/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Une étude, réalisée par des chercheurs franco-américains, révèle qu’un filtre de protection solaire présent également dans les crèmes anti-âge, l’octocrylène, se dégraderait au fil du temps pour se transformer en un produit cancérigène, la benzophénone.

Ne pas laisser trainer ses tubes de crème solaire !

L’étude, qui parait ce lundi dans une revue spécialisée, Chemical Research in Toxicologymontre que l’octocrylène présent dans de nombreux produits cosmétiques (crème solaire, crèmes hydratantes, autobronzants, shampooings…) se transformerait avec le temps en benzophénone, soupçonnée d’être cancérigène. L’analyse porte sur une quinzaine de crèmes solaires de marques françaises et américaines. Les produits testés ont subi un vieillissement accéléré, soit l’équivalent d’une année passée à température ambiante. « Au départ, il y a très peu de benzophénone dans les produits. Mais progressivement avec le vieillissement du produit, il y a de plus en plus de benzophénone », explique le professeur Philippe Lebaron, co-auteur de l’étude. Les chercheurs préconisent de supprimer les produits cosmétiques de nos armoires porteurs de ce perturbateur « hormonal ».

Néfaste pour la vie marine

L’octocrylène est aussi mis en cause pour ses effets néfastes sur l’environnement et notamment pour la vie marine, notamment pour les coraux. Le professeur Philippe Lebaron constate que « certains fabricants l’ont retiré de leurs crèmes solaires pour des raisons environnementales ». Les chercheurs notent que des territoires possédant des récifs coraliens interdisent l’octocrylène dans les produits de protection solaire.

Chez l’animal, l’exposition à la benzophénone provoquerait également des cancers du foie et des lymphomes, selon les chercheurs.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




©Mychele Daniau/AFP

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-