Crèmes solaires enfant : bien les choisir et éviter les substances dangereuses

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 03 juillet 2020 - 13:29
Image
Un enfant se fait mettre de la crème solaire.
Crédits
©Mychele Daniau/AFP
Certaines crèmes solaires pour enfants contiennent trop de substances préoccupantes pour la santé, selon une étude
©Mychele Daniau/AFP

Les crèmes solaires enfants sont-elles dangereuses pour la santé de nos petits ? Oui, selon deux associations de défense de l’environnement qui réclament à l’Anses une évaluation du « bénéfice/risque » : en étudiant plus de 70 produits solaires enfants, elles ont mis à jour la présence de nombreuses substances jugées préoccupantes telles que des perturbateurs endocriniens, des allergènes, des substances cancérogènes ou neurotoxiques.

A l’heure de boucler les valises pour les vacances, les parents n’oublient généralement pas la crème solaire pour protéger la peau de leurs enfants. Mais comment bien la choisir ? Si l’on peut a priori se fier à leur promesse d’efficacité, la liste des ingrédients peut donner le tournis. Et engendrer pas mal de questions.

D’autant que, selon des tests réalisés par Wefc France et Agir pour l’environnement, de trop nombreuses crèmes solaires pour enfants contiennent des ingrédients jugés « extrêmement préoccupants ». La quasi-totalité des produits solaires testés (71 en tout) contiennent 29 substances « préoccupantes à des degrés divers » et notamment des perturbateurs endocriniens ou des nano-particules. Dix de ces ingrédients sont jugés « extrêmement préoccupants » selon les associations : ils sont cancérogènes, neurotoxiques et perturbateurs encodriniens. Sept sont classés comme « très préoccupants » (car souvent classés comme allergènes) et douze sont « préoccupants », car ils soulèvent des « problèmes sanitaires ou environnementaux de moindre envergure », soulignent Wefc et Agir pour l’environnement.

Les substances à éviter dans les produits solaires pour enfants
Dans le détail, ce sont les 4-MBC, homosalate, octocrylène, cyclypentasilonxane, cyclohexasiloxane, dioxyde de titane nanoparticulaire ou encore phénoxyethanol qui sont pointés du doigts. « D’autres substances parfumantes établies comme allergènes par contact chez l’humain (…) ne devraient plus être autorisées dans les produits pour enfants », selon les associations qui appellent donc l’ANSES à évaluer le bénéfice/risque de ces produits solaires destinés aux plus jeunes.

Plusieurs substances sont en cours de réévaluation selon les laboratoires 
En réponse à cette étude qui a de quoi inquiéter et dérouter les parents, la Fédération des Entreprises de Beauté (Febea) assure que tous les ingrédients utilisés dans les produits de protection solaire respectent la réglementation cosmétique européenne. Elle ajoute que « certains ingrédients cités par l’étude sont en cours de réévaluation : s’ils étaient finalement classés comme nocifs, ils seraient immédiatement retirés de l’ensemble des produits cosmétiques ».

Les crèmes solaires enfant qui contiennent le plus de substances préoccupantes
Parmi les produits solaires particulièrement mis en cause, la Crème confort anti-sable Sun for Kids SPF50+ de la marque Lancaster, la Brume fine solaire peau sensible 50+ enfants Mixa ou encore le Transparent spray wet skin SPF 50+ de la marque Isdin Pediatrics.

Les crèmes solaires enfants qui contiennent le moins de substances dangereuses
Les produits qui semblent contenir le moins de substances préoccupantes sont la Crème solaire très haute protection bébé SPF 50+ d’Acorelle, le Sun spray bébé SPF 50 bio d’Alphanova, la crème solaire enfant bio très haute protection des Laboratoires de Biarritz, la mousse solaire de Bioderma ou encore le Spray hydratant Kids SPF50 bio de Lovea et les produits solaires bébé-enfant (en lait ou en spray) de Mustela.

Cette liste n’est pas exhaustive : retrouvez l’intégralité de l’étude de Wefc France et d’Agir pour l’environnement avant de choisir la crème solaire qui protègera la peau de vos enfants cet été !

A lire aussi : Un enfant s'empoisonne toutes les deux heures aux produits cosmétiques (étude)

À LIRE AUSSI

Image
Attention au retour des fake news sur les tiques
Attention au retour des fake news sur les tiques
Si vous avez commencé à préparer vos excursions et promenades dans la nature de cet été, vous vous êtes peut-être inquiétés des informations sur des nouveaux types de ...
30 juin 2020 - 12:19
Société
Image
Très recherchée par les Chinois, la viande de porc française a vu ses exportations vers la Chine chuter de 22.000 tonnes en novembre 2020, juste avant l'explosion du coronavirus, à 7.000 tonnes en jan
Grippe porcine : ce virus G4 qui inquiète
Une étude de chercheurs chinois met en évidence ce virus de type H1N1 et sa transmission du cochon à l’homme. Il présente selon eux les « caractéristiques d’une menace...
02 juillet 2020 - 11:34
Société
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don