Des infections à la Covid-19 chez les visons français, un cheptel abattu

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Des infections à la Covid-19 chez les visons français, un cheptel abattu

Publié le 23/11/2020 à 11:16
© JEAN-PIERRE MULLER / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): FranceSoir

-A +A
Mille visons ont été abattus après que des contaminations à la Covid-19 aient été détectées dans un élevage d’Eure-et-Loir.
 
On est certes loin de la situation du Danemark, où ce sont 15 à 18 millions d’animaux qui ont été abattus début novembre. Cette décision, qui déclenche aujourd’hui une crise politique dans ce pays scandinave, avait été prise après la constatation de douze cas à l’homme d’un variant du Sars-Cov-2.
 
La France compte en tout et pour tout quatre élevages de visons, et 20 000 bêtes – situation d’ailleurs dénoncée par les associations de défense des animaux. Selon le ministre de l’Agriculture, aucune contamination n’a été détectée dans l’un d’entre eux, tandis que les deux derniers sont dans l’attente des résultats.
 
Une question se pose : comment les visons français ont-ils pu être infectés ? Julien Denormandie n’avait pas la réponse dimanche. 
 
« A ce stade, je ne peux pas vous dire comment cette situation est arrivée »
 
Sous surveillance depuis mai
 
L’alerte sur les visons ne date pas d’hier, mais du mois d’avril, quand les Pays-Bas ont constaté pour la première fois des contaminations au coronavirus sur ces animaux. 
 
« Des dispositifs spécifiques de surveillance ont été mis en place et les mesures de biosécurité ont été renforcées dès le mois de mai », souligne le ministère de l’Agriculture dans un communiqué publié dimanche.
 
Les analyses sur les élevages français sont réalisées depuis mi-novembre « dans le cadre d’un programme scientifique conduit par l’ANSES ». 
 
Questions de mutation
 
Ce qui inquiétait tout particulièrement les autorités danoises, c’est, outre la constatation de transmissions l’homme, le fait qu’il s’agisse d’un virus muté, susceptible de remettre en cause l’efficacité des vaccins. 
 
Ce variant, avait expliqué le SSI – Autorité danoise de contrôle des maladies infectieuses -, « ne réagit pas autant aux anticorps que le virus normal ». 
 
En France, le ministère de l’Agriculture précise que :
 
« L’analyse de séquençage du virus sera connue d’ici la fin de la semaine et doit permettre d’exclure toute contamination par le variant Sars-Cov-2 »
 

Auteur(s): FranceSoir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Après les Pays-Bas, le Danemark et la Grèce, des visons français contaminés

Newsletter





Commentaires

-