Deux sénatrices désirent indemniser les enfants "intersexes" mutilés par la chirurgie

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Deux sénatrices désirent indemniser les enfants "intersexes" mutilés par la chirurgie

Publié le 08/03/2017 à 17:11 - Mise à jour à 17:18
©Philippe Put/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Deux sénatrices proposent dans un rapport de reconnaître le caractère mutilant des traitements chirurgicaux auparavant imposés aux enfants "intersexes", c'est à dire nés sans que l'on puisse définir s'ils sont garçon ou fille. Une question qui évoque aussi en filigrane la reconnaissance en terme d'état civil de ces enfants.

Les sénatrices Maryvonne Blondin (Parti socialiste, Finistère) et Corinne Bouchoux (EELV, Maine-et-Loire) viennent de publier un rapport sur la question, méconnue, des personnes "intersexes" et sur les pratiques chirurgicales troubles apportées en réponse.

Chaque année en effet, bien qu'aucune statistique ne soit précisément communiquée, environ 200 enfants naissent avec des organes génitaux ne permettant pas de définir avec certitude leur genre. D'autres analyses avancent des chiffres beaucoup plus élevés, oscillant entre 1,5% et 2% des naissances. Or, pendant longtemps, la réponse à cette spécificité était chirurgicale et particulièrement invasive: il s'agissait d'attribuer à coups de bistouri un sexe précis à un enfant. "Avant on disait qu'il fallait intervenir car on ne savait pas si ces bébés étaient des filles ou des garçons. Mais plus on fait ces opérations sur des organes génitaux jeune, plus il faut les refaire quand on grandit", ce qui provoque beaucoup de "souffrances", a expliqué à l'AFP Maryvonne Blondin. Corinne Bouchoux précise que "pour certains, les traitements chirurgicaux et/ou hormonaux ont été vécus comme des tortures".

Les deux élues de la Chambre haute propose donc une indemnisation du préjudice subie par les enfants à qui la médecine a voulu, par des opérations invasives, attribuer un sexe masculin ou féminin.

Un premier pas sans doute vers une reconnaissance du problème, mais l'Organisation internationale intersexe (OII) voudrait que la législation aille plus loin en reconnaissant, au moins sur le plan de l'état civil, la spécificité naturelle des enfants intersexes.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Pedant longtemps, la chirurgie invasive a été le principal moyen de traitement des enfants intersexes.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-