Drôme: frappé par une méningite foudroyante, un homme meurt 30 minutes après son arrivée à l'hôpital

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Drôme: frappé par une méningite foudroyante, un homme meurt 30 minutes après son arrivée à l'hôpital

Publié le 31/12/2016 à 16:53 - Mise à jour à 16:54
©Gelebart/20Minutes/Sipa
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un trentenaire de la Drôme est mort à l'hôpital de Montélimar seulement une demi-heure après avoir été admis pour une méningite. Un cas de figure rare, pour une pathologie néanmoins contagieuse. Ses proches vont être traités à titre préventif.

Foudroyante. Il n’y a pas d’autres mots pour décrire la méningite qui a frappé ce malheureux trentenaire de Bonlieu-sur-Roubion jeudi 29 dans l’après-midi.

Il était 15 heures environ quand les pompiers de la Drôme reçoivent un appel pour porter secours à la victime. Celui-ci a soudainement été frappé par les symptômes de la maladie : des maux de tête violents, une fièvre brusque, des vomissements et, le plus souvent (mais pas toujours cependant), une raideur au niveau de la nuque.

Emmené en urgence à l’hôpital de Montélimar, il faudra à peine trente minutes pour que la maladie provoque le décès de l’homme. Une liste de 25 personnes ayant fréquenté le trentenaire a été dressée : ils recevront un traitement antibiotique à titre préventif.  

La méningite, une inflammation grave des méninges qui enveloppent le système nerveux central, n’est que faiblement contagieuse, mais elle provoque parfois des morts spectaculaire et rapide. La bactérie –elle peut aussi être virale– qui la provoque ne survit pas à l’air libre et se transmet en général par la salive, le plus souvent par un porteur sain (qui a le microbe mais ne développe pas l’infection). C’est d’ailleurs la piste suspectée dans le cas de trois infections graves intervenues coup sur coup sur le campus de Dijon.

De tels cas de mort brutale sont relativement rares en France, avec 53 décès recensé en 2015, selon des chiffres de l'Institut national de veille sanitaire (InVs).

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Malgré la prise en charge, l'homme est mort une demi-heure après son arrivée à l'hôpital.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-