Ebola: premier cas suspect sur l'île de La Réunion

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Ebola: premier cas suspect sur l'île de La Réunion

Publié le 13/12/2014 à 11:16 - Mise à jour à 14:19
©Laurent Gilliron/AP/SIPA
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Pierre Plottu
-A +A

Un premier cas de contamination par le virus Ebola est suspecté sur l'île de La Réunion. Il s'agit d'une pharmacienne qui a été hospitalisée vendredi 12 pour de fortes fièvres alors qu'elle était récemment allée en voyage en Guinée.

Ce serait le premier cas d'Ebola dans l'île de La Réunion, s'il était confirmé. Alors qu'elle était récemment allée en voyage en Guinée, une pharmacienne a été hospitalisée vendredi 12 dans la soirée suite à de fortes fièvres. Les résultats d'analyse sont attendus lundi 15 décembre.

"Ce matin, le directeur du centre hospitalier universitaire, M. David Gruson, et la directrice de l'agence régionale de santé, Mme Chantale de Singly, m'ont informé qu'une patiente avait été hospitalisée avec une forte fièvre", a indiqué le président de l'instance chargée de la politique sanitaire et sociale de Saint-Denis Serge Camatchy.

La patiente revenait d'une mission humanitaire dans l'Ouest de l'Afrique, en Guinée. Atteinte de symptômes compatibles avec le virus Ebola et revenant d'un pays où l'épidémie de fièvre hémorragique fait rage, la malade a été transportée à l'hôpital avec forces précautions.

Les personnels du Service mobile d'urgence et de réanimation (SMUR) sont ainsi venus la chercher équipés de tenus étanches. Ils l'ont ensuite emmenée au CHU Félix Guyon de Bellepierre de Saint-Denis de la Réunion, le seul de cette île de l'Océan Indien habilité à la prise en charge de malades atteints d'Ebola.

"Conformément au protocole mis en place depuis le début de la crise sanitaire, le ministère ne commente pas les cas de suspicion", a réagi samedi matin le ministère de la Santé. "Il y aura une communication uniquement si le cas est confirmé par les analyses", ont annoncé les équipes de Marisol Touraine.

 

Auteur(s): Pierre Plottu

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les analyses confirmant, ou non, qu'il s'agit bien du virus Ebola sont attendues lundi 15. (Image d'illustration)

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-