Ebola: "urgence sanitaire mondiale" après un premier cas près du Rwanda

Ebola: "urgence sanitaire mondiale" après un premier cas près du Rwanda

Publié le 18/07/2019 à 08:23
© ALEX MCBRIDE / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Un premier cas mortel de virus Ebola a été recensé dimanche 14 près des frontières de l'Ouganda et du Rwanda. Mercredi 17, l'OMS a donc décidé d'élever l'épidémie au rang d'"urgence sanitaire mondiale". La crise reste cependant localisée et l'organisme appelle les autres pays à ne pas céder à la peur.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a élevé mercredi l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola au rang d'"urgence sanitaire mondiale". Ce qui signifie que la situation est "grave, soudaine, inhabituelle ou inattendue", avec des conséquences sanitaires "au-delà des frontières nationales de l'État touché", ce qui "peut exiger une action internationale immédiate".

Dimanche, un premier cas mortel de l'épidémie qui sévit au Congo est apparu à Goma, ville proche des frontières avec le Rwanda et l'Ouganda.

Le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a indiqué qu’il "était temps pour le monde de prendre acte" de l’épidémie, demandant à la communauté internationale de "redoubler d’efforts". Mais il a recommandé que les frontières de la République démocratique du Congo avec ses voisins restent ouvertes.

Voir: L'anticorps d'un survivant d'Ebola, clé d'un futur vaccin

"L’intensité de la situation épidémiologique est variable, avec environ 80 nouveaux cas signalés chaque semaine", relève le dernier rapport de l'organisme onusien qui précise toutefois que si le risque de diffusion du virus dans cette région d'Afrique est important, il est en revanche faible pour les autres pays. "Aucun pays ne doit fermer ses frontières ni imposer de restrictions aux voyages ou au commerce. Ces mesures sont généralement motivées par la peur et n’ont aucun fondement scientifique", juge l'OMS.

La dernière grande flambée de virus Ebola remonte à 2013-2014 avec un nombre de victimes estimé à plus de 11.000. Depuis un an, la maladie aurait fait plus de 1.700 victimes.

"Les facteurs qui caractérisent la flambée sont notamment des mouvements de population dans des zones extrêmement peuplées ; des pratiques de lutte contre l’infection et de prévention médiocres dans de nombreux établissements de santé ; un environnement politique complexe ; une défiance persistante de la communauté ; et l’instabilité constante de la situation en matière de sécurité, qui a conduit aux meurtres récents de deux agents de santé communautaires", rappelle l'OMS.

Lire aussi:

Premier lâcher de moustiques contre la dengue à Nouméa

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un cas mortel d'Ebola a été recensé dans une ville à la frontière du Congo et du Rwanda.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-