Epidémie de grippe: une surmortalité record estimée à plus de 11.400 morts décès

Auteur(s)
Pierre Plottu
Publié le 19 mars 2015 - 14:23
Image
Aux urgences.
Crédits
©Hadj/Sipa
Plus de 1.400 personnes ont dû être hospitalisées en réanimation à cause de la grippe cette année.
©Hadj/Sipa
La grippe 2015 a battu tous les records avec 11.400 morts estimés à ce stade, notamment chez les plus de 65 ans. Un bilan encore provisoire car l'épidémie n'est pas encore terminée, même si ce devrait bientôt être le cas.

La grippe de cet hiver a été l'une des plus graves des dernières années. Si "la fin de l'épidémie est proche", avance l'Institut de veille sanitaire (InVS) dans son dernier bulletin d'information publié mercredi 18, elle n'en a pas moins durement frappé, notamment les personnes âgées. Elle aurait entraîné une surmortalité record estimée à 11.400 morts.

Alors que la fin de l'épidémie devrait survenir "cette semaine ou la semaine prochaine", selon l'InVS, l'heure est ainsi venue de dresser les premiers bilans provisoires. Une chose est sûre: la grippe a frappé très durement cette année, avec près de 3 millions de cas. Pire, la mortalité hivernale a été jusqu'ici supérieure de 19% à celle attendue, calculée à partir des huit années précédentes.

L'InVS annonce "un excès estimé à 11.400 décès" depuis le début de l'épidémie, mi-janvier 2015. Un chiffre bien supérieur à ceux constatés lors des hivers 2008-2009 et 2012-2013, déjà particulièrement meurtriers. C'est même le record depuis le milieu des années 2000, lorsque l'Institut a commencé à faire ce type d'estimations.

Autre indicateur soulignant la gravité de l'épidémie grippe 2015, le nombre de cas ayant nécessité une hospitalisation en soin intensif. Au total, 1.411 personnes ont ainsi dû être admises en réanimation pour un syndrome grippal depuis novembre dernier et 186 sont décédées. Là encore, il s'agit d'un triste record, dépassant même la pandémie grippale A/H1N1 de 2009-2010.

La surmortalité record de cet hiver est toutefois à prendre avec quelques précautions. L'épidémie n'étant pas encore terminée, il ne s'agit pour l'heure que d'estimations provisoires. De plus, elle inclut toutes les causes de décès. En effet, puisque la grippe n'est pas une maladie à déclaration obligatoire, il est impossible de comptabiliser avec précision la mortalité exacte liée à cette pathologie. Pour autant, la surmortalité est bien l'indicateur considéré comme le plus fiable par les épidémiologistes, notamment car il inclut les "décès indirects" concernant les patients déjà fragiles, souvent les plus âgés, pour lesquels la maladie a entraîné des complications mortelles.

Cette année, ce sont bien les personnes âgées qui ont été les plus touchées. Ainsi, 47% des patients de 65 ans ou plus ont dû être hospitalisés après un passage aux urgences pour grippe, contre 11% dans l'ensemble de la population. La faible couverture vaccinale (un sujet à risque sur deux seulement cette année) et la prédominance de la souche A/H3N2, particulièrement virulente chez les plus fragiles, expliquent ce constat.

 

À LIRE AUSSI

Image
La fin d'année marque un regain des virus saisonniers comme la grippe et la gastro-entérite.
Grippe 2015: plus de 10.000 morts supplémentaires en France dus à l'épidémie?
Plus de 10.000 morts en France et 80.000 en Europe, la surmortalité de l'épidémie de grippe 2015 constatée par l'Institut national de veille sanitaire (InVS) est inqui...
12 mars 2015 - 13:12
Société
Image
Des personnes âgées malades.
Grippe: l'épidémie particulièrement meurtrière cette année
L'épidémie de grippe a causé cette année la mort d'une centaine de personnes en France, selon l'Institut de veille sanitaire (InVs). Toutefois, le constat porté par le...
27 février 2015 - 12:19
Société
Image
Le stress au travail.
Pourquoi a-t-on de la fièvre lorsque l'on est malade?
La température du corps humain est de 37,2° en temps normal. Mais lorsque l'on tombe malade, le thermomètre grimpe et peut indiquer 38, 39, voire 40°. Pourquoi un tel ...
16 février 2015 - 17:56
Lifestyle