Etude: travailler trop accroît les risques d'alcoolisme et de comportements dangereux

Etude: travailler trop accroît les risques d'alcoolisme et de comportements dangereux

Publié le 14/01/2015 à 13:59 - Mise à jour à 17:03
©Jaubert/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Pierre Plottu
-A +A

Une étude analysant les comportements à risques face à l'alcool, publiée mardi 13, tend à prouver un lien entre temps de travail trop élevé et surconsommation excessive d'alcool.

Travailler trop peut notamment conduire au surmenage, mais pas seulement. Le très sérieux British Medical Journal (BMJ) vient ainsi de publier une analyse qui tend à établir un lien entre le fait de travailler trop et la surconsommation d'alcool.

Le comportement de plus de 400.000 personnes de 14 pays (Canada, Allemagne, France…) a été passé au crible par les chercheurs, une équipe d'une quarantaine de spécialistes qui ont compilé des données de 81 études. Il en ressort que les individus travaillant plus de 48 heures par semaine, ce qui dépasse par ailleurs la limite fixée par Directive européenne et la loi française, ont sensiblement plus de risques d'avoir une consommation d'alcool dangereuse pour leur santé.

Dans le détail, l'étude démontre que les personnes travaillant de 49 à 54 heures par semaine ainsi que 55 heures ou plus ont respectivement 13 % et 12 % de comportements à risques supplémentaires, comparé à celles travaillant de 35 à 40 heures par semaine. Les professionnels de santé ont fixé la limite d'une consommation à risque d'alcool à plus de 14 boissons alcoolisées par semaine pour une femme et plus de 21 pour un homme, rappellent les auteurs de l'étude.

Ils précisent qu'aucune différence notable n'est faite, dans leurs résultats, selon le sexe, l'âge, le statut socio-économique ou l'origine des personnes. En matière de prévention de l'alcoolisme, "le lieu de travail est un facteur important, parce plus de la moitié de la population adulte est active", souligne la coordinatrice de l'étude, Marianna Virtanen, épidémiologiste à l'Institut finlandais de santé au travail (Helsinki) et à l'University College britannique (Londres).

Trop de travail, trop d'alcool: un double excès préjudiciable pour la santé. En effet, il est prouvé qu'un temps de travail trop élevé entraîne plus de maladies cardiovasculaires et d'accidents du travail, voire des problèmes de santé mentale. Quant aux méfaits de l'alcool, ils sont désormais bien connus de tous.

"L'augmentation de la probabilité de développer des habitudes de consommation à risque en raison d'un excès de travail est faible dans l'absolu, mais justifie un examen attentif", tempère dans un commentaire sur cette étude, également publié dans le BMJ, Cassandra Okechukwu, de l'École de santé publique d'Harvard (États-Unis). La spécialiste espère toutefois que les résultats de cette étude mèneront à une révision des réglementations sur le temps de travail, au titre de la santé publique. Selon elle, il existe ainsi une "pression croissante"  sur les travailleurs pour qu'ils dépassent le temps de travail légal.

 

 

Auteur(s): Pierre Plottu

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les chercheurs ont analysé le comportement de plus de 400.000 personnes dans le cadre de l'étude publiée mardi 13.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-