Laboratoire de Wuhan : Comment des enquêteurs amateurs dévoilent au grand jour l'histoire de l’origine du virus et embarrassent les médias

Laboratoire de Wuhan : Comment des enquêteurs amateurs dévoilent au grand jour l'histoire de l’origine du virus et embarrassent les médias

Publié le 03/06/2021 à 12:37 - Mise à jour à 18:22
© Johannes EISELE / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Un article de Rowan Jacobsen de Newsweek paru mercredi 2 juin montre comment l’intelligence collective d’un groupe d’amateurs dévoile au grand jour l’histoire de l’origine du virus, embarrassant les médias qui se sont fourvoyés dans la version officielle. FranceSoir a depuis avril 2020 mis en doute cette version officielle ce qui lui a valu d’être traité de complotiste en travaillant avec un collectif citoyen regroupant les diverses compétences et facettes de la population. En avril 2020, nous révélions que les Etats unis avaient financé depuis 2011 pour 3.7 millions de dollars de recherches sur le coronavirus à Wuhan.

En mai 2020, un article du Dr Valère Lounnas expliquait que de telles recherches avaient eu lieu dans le laboratoire à Wuhan :  Un virus COVID synthétique hautement pathogène pour l’être humain créé par l’institut de virologie de Wuhan et les USA. Puis à partir d’aout 2020, le Dr Valère Lounnas et Dr Gérard Guillaume se lançaient dans l’histoire de la Covid une recherche complexe avec des correspondants en Chine, à Taiwan pour produire toute une série d’articles parus dans FranceSoir.

 

L’article de NewsWeek démontre la puissance de l’intelligence collective. Nous le reproduisons ci-après traduit en français :

Pendant la majeure partie de l'année dernière, l'idée que la pandémie de coronavirus aurait pu être déclenchée par un accident de laboratoire à Wuhan, en Chine, a été largement rejetée comme une théorie du complot raciste de l'extreme-droite. Au début de 2020, le Washington Post a accusé le sénateur Tom Cotton d’avoir attisé les braises d'une théorie du complot qui a été réfutée à plusieurs reprises par des expertsCNN a publié un article sur « comment démystifier les théories du complot sur les coronavirus et la désinformation des amis et de la famille ». La plupart des autres médias grand public, du New York Times ("la théorie de la frange") à la NPR ("Les scientifiques démystifient la théorie des accidents de laboratoire"), étaient tout aussi dédaigneux. Newsweek était une exception, rapportant en avril 2020 que le WIV était impliqué dans la recherche de gain de fonction et aurait pu être le site d'une fuite de laboratoire ; Mother Jones, Business Insider, le NY Post et FOX News étaient également des exceptions. Mais cette semaine, le président Joe Biden a demandé une enquête des services secrets américains. Les médias grand public, dans une volte-face étonnante, traitent cette possibilité très sérieusement.

La raison du changement soudain d'attitude est claire : au fil des semaines et des mois de la pandémie, l'accumulation de preuves circonstancielles indiquant le laboratoire de Wuhan n'a cessé de croître, jusqu'à ce qu'elle devienne trop importante pour être ignorée.

Les personnes responsables de la découverte de ces preuves ne sont pas des journalistes, des espions ou des scientifiques. C'est un groupe d’enquêteurs amateurs, avec peu de ressources à l'exception de la curiosité et une volonté de passer des jours à fouiller Internet pour trouver des indices. Tout au long de la pandémie, environ deux douzaines de correspondants, dont de nombreux anonymes, travaillant indépendamment dans de nombreux pays différents, ont découvert des documents obscurs, reconstitué les informations et expliqué le tout dans de longs fils de discussion sur Twitter – dans une sorte de open source, session collective de remue-méninges qui était en partie de la science médico-légale, du journalisme citoyen, quelque chose d’entièrement nouveau. Ils se font appeler DRASTIC , pour Decentralized Radical Autonomous Search Team Investigating COVID-19.

Pendant longtemps, les découvertes de DRASTIC sont restées confinées au monde étrange de Twitter , connu seulement de quelques followers ringards. Les enquêteurs se sont heurtés à un bon nombre d'impasses, se sont parfois heurtés à des scientifiques qui n'étaient pas d'accord avec leurs interprétations et ont étoiffé les rapports critiques. Peu à peu, la qualité de leurs recherches et la rigueur de leur réflexion ont attiré un plus grand nombre d'adeptes, dont de nombreux scientifiques et journalistes professionnels.

 

Grâce à DRASTIC, nous savons maintenant que l'Institut de virologie de Wuhan disposait d'une vaste collection de coronavirus rassemblés au cours de nombreuses années de recherche dans les grottes de chauves-souris, et que beaucoup d'entre eux, y compris le parent connu le plus proche du virus pandémique, le SRAS-CoV- 2 - provenait d'une mine où trois hommes sont morts d'une maladie suspectée de type SRAS en 2012. Nous savons que le WIV travaillait activement avec ces virus, en utilisant des protocoles de sécurité inadéquats, d'une manière qui aurait pu déclencher la pandémie, et que le laboratoire et les autorités chinoises se sont donnés beaucoup de mal pour dissimuler ces activités. Nous savons que les premiers cas sont apparus des semaines avant l'épidémie sur le « marché humide » de Wuhan, qui était autrefois considéré comme le point zéro.

Rien de tout cela ne prouve que la pandémie a commencé dans le laboratoire de Wuhan, bien sûr : il est tout à fait possible que ce ne soit pas le cas. Mais les preuves rassemblées par DRASTIC correspondent à ce que les procureurs appellent une cause probable – un dossier solide et fondé sur des preuves pour une enquête complète. Il n'est certain que tous efforts des États-Unis et des autres pays pour enquêter sur l'hypothèse des fuites de laboratoire n’aboutiront jamais à des preuves sans équivoque, du moins sans la pleine coopération de la Chine, ce qui est peu probable.

Mais s'ils le font, ce petit groupe hétéroclite d’enquêteurs amateurs aura brisé ce qui pourrait être la plus grande histoire d'omerta du 21e siècle. Et c'est ainsi qu'ils ont procédé.

 

Coïncidences étranges

Le jeune Indien qui se fait appeler The Seeker a dans la vingtaine, vit quelque part dans l'Est de l'Inde et utilise une œuvre d'art tribal de sa région natale du Bengale occidental pour son logo Twitter, a-t-il déclaré par e-mail. Sa carrière a été un mélange d'architecture, de peinture et de réalisation de films. Un khichdi, c’est ainsi que sa mère et sa sœur l'appellent, ce qui signifie un ragoût d'ingrédients disparates qui s'ajoutent à quelque chose de surprenant et de délicieux. Autodidacte vorace, il était devenu un expert pour rechercher dans les ruelles du Web, bien au-delà des endroits bien éclairés patrouillés par Google , des informations sur tout sujet qui l'intéressait. Il a souvent posté sur Reddit , où il avait accumulé 750 000 points de karma. C'est tout ce que The Seeker a révélé à Newsweek par e-mail et messagerie ; il garde son anonymat.

 

Comme la plupart des gens qui ont suivi l'actualité au début de la pandémie, The Seeker a d'abord cru que le virus était passé des animaux sauvages aux humains sur un marché humide de Wuhan. Le 27 mars, il a tweeté : « Personne ne veut voir ses parents ou sa grand-mère et son grand-père mourir à cause d'un virus stupide provenant d'un marché d'animaux exotiques. » Il le croyait parce que c'est ce que la presse grand public lui disait, et la presse grand public le croyait parce que c'est ce qu'avaient dit une poignée de scientifiques.

Le principal de ces scientifiques était un biologiste nommé Peter Daszak, président d'EcoHealth Alliance, un groupe de recherche à but non lucratif qui dirigeait un vaste programme international d'enquête sur les agents pathogènes naturels susceptibles de provoquer une pandémie. Daszak collaborait depuis des années avec Shi Zhengli, le directeur de l'Institut de virologie de Wuhan, virologue renommé sur la chauve-souris. Daszak a co-écrit près d'une douzaine d'articles avec Shi et a obtenu au moins 600 000 $ de subventions du gouvernement américain.

 

Lorsque la pandémie a éclaté à la porte du laboratoire avec la plus grande collection de coronavirus au monde, alimentant les spéculations selon lesquelles le WIV pourrait être impliqué, Daszak et 26 autres scientifiques ont signé une lettre parue dans The Lancet le 19 février 2020 "Nous sommes solidaires pour condamner fermement les théories du complot suggérant que le COVID-19 n'a pas d'origine naturelle", a-t-il déclaré.

Nous savons maintenant, grâce à une demande du Freedom of Information Act , que Daszak a orchestré la lettre pour étouffer les discussions sur une fuite de laboratoire. Il l'a rédigée, a demandé à des collègues scientifiques de la signer et a travaillé dans les coulisses pour faire croire que la lettre représentait les points de vue d'un large éventail de scientifiques. "Cette déclaration n'aura pas le logo de l'EcoHealth Alliance et ne sera pas identifiable comme provenant d'une organisation ou d'une personne", a-t-il écrit dans sa lettre aux cosignataires. Les scientifiques dont les travaux se chevauchaient avec le WIV ont accepté de ne pas le signer afin de pouvoir "le présenter d'une manière qui ne le lie pas à notre collaboration".

À l'époque, cependant, il n'y avait aucune allusion au rôle d'organisateur de Daszak. La lettre a contribué à faire de Daszak une présence omniprésente dans les médias, où il a qualifié une fuite de laboratoire de "grossière", "sans fondement" et de "pure bêtise". Il a également attaqué des scientifiques qui ont publié des preuves mentionnant le laboratoire. Une partie de la raison pour laquelle la théorie du laboratoire n'avait aucun sens, a-t-il soutenu, était que le laboratoire de Wuhan ne cultivait aucun virus similaire au SRAS-CoV-2. (Daszak n'a pas répondu à la demande de commentaires de Newsweek.)

Pendant longtemps, Daszak a exercé une influence étonnante. Peu de médias l'ont interrogé ou ont souligné que sa carrière et son organisation seraient profondément endommagées s'il s'avérait que son travail avait indirectement joué un rôle dans la pandémie. Son complice involontaire était Donald Trump , qui a embrassé la théorie, transformant ce qui aurait dû être une question scientifique en une question politique.

Lorsque l'administration Trump a annulé les contrats de l'EcoHealth Alliance qui auraient dépensé des millions pour de nouvelles recherches sur les virus, 60 Minutes a diffusé un extrait qui décrivait Daszak comme un martyr de la machine complotiste de droite. Pour les gens bien-pensants du monde entier, cela semblait être un appel facile : l'ennemi de mon ennemi est mon ami : ainsi, la théorie des fuites de laboratoire est une bêtise.

 

Une bouffée de censure

Au début de 2020, The Seeker commençait à remettre en question ce point de vue. Il avait commencé à interagir avec des gens qui creusaient des trous dans la sagesse conventionnelle.

L'entrepreneur canadien de la longévité, Yuri Deigin, publiait un article important sur Medium traitant du RaTG13, un virus que Shi Zhengli, elle-même avait révélé au monde dans un article du 3 février dans la revue Nature. Dans cet article, Shi a présenté la première analyse approfondie du SRAS-CoV-2, qui avait semblé venir de nulle part - le virus ne ressemblait à aucun de ceux qui avaient été vus auparavant, y compris le premier SRAS, qui avait tué 774 personnes de 2002 à 2004. Dans son article, cependant, Shi a également introduit le RaTG13, un virus dont la constitution génétique est similaire au SRAS-CoV-2, ce qui en fait le seul parent proche connu à l'époque.

 

Le document était vague sur l'origine du RaTG13. Il ne disait pas exactement ni où ni quand RaTG13 avait été trouvé, juste qu'il avait déjà été détecté chez une chauve-souris dans la province du Yunnan, dans le sud de la Chine.

Le journal éveilla les soupçons de Deigin. Il s'est demandé si le SRAS-CoV-2 n'aurait pas émergé grâce à un mélange et à une correspondance génétique d'un laboratoire travaillant avec RaTG13 ou des virus apparentés. Son message était convaincant et complet. Le chercheur a publié la théorie de Deigin sur Reddit, qui a rapidement suspendu son compte de manière permanente.

Cette première bouffée de censure a piqué la curiosité de Seeker, il a alors cherché plus d’informations sur Twitter. "J'ai trouvé un groupe animé de personnes désireuses de débattre et d'explorer le sujet", a-t-il déclaré à Newsweek par e-mail.

C'était un groupe éclectique. Il y avait des entrepreneurs, des ingénieurs et une microbiologiste de l'Université d'Innsbruck nommée Rossana Segreto. Aucun d'eux ne s'était connu d'avance ; ils se sont tournés vers le forum après avoir conclu de manière indépendante que la sagesse conventionnelle des origines de COVID-19 n'avait pas de sens. Les conversations ont été suivies par un coordinateur sarcastique vivant quelque part en Asie du nom de Billy Bostickson et dont l'icône Twitter était un dessin animé d'un singe de laboratoire tabassé.

The Seeker s'est parfaitement adapté. "Ils m'ont aidé à rattraper le débat, et j'ai commencé à m'instruire", dit-il. "Avant de le savoir, je me suis accroché au mystère." Il était animé en partie par la curiosité, mais aussi par un sens croissant du devoir civique. « La Covid a coûté la vie à d'innombrables personnes et en a dévasté tant d'autres. Mais il a également laissé tant d'indices qui n'ont pas été suivis. L'humanité mérite des réponses. »

Le chercheur et le reste du groupe sont devenus de plus en plus convaincus que RaTG13 pourrait détenir la clé de certaines de ces réponses. Dans un fil d’info crépitant , une demi-douzaine de participants ont élucidé ses mystères, passant au peigne fin Internet et les précédents papiers du WIV à la recherche d'indices.

 

S'il y a un moment où l'équipe DRASTIC s'est fusionnée en quelque chose de plus que ses parties disparates, ce serait ce fil. En temps réel, pour que tout le monde puisse le voir, ils ont analysé les données, testé diverses hypothèses, se sont mutuellement corrigés et ont obtenu des résultats directs.

Les pièces du puzzle se sont rapidement réunies. La séquence génétique de RaTG13 correspondait parfaitement à un petit morceau de code génétique publié dans un article écrit par Shi Zhengli des années plus tôt, mais jamais mentionné à nouveau. Le code provenait d'un virus que le WIV avait trouvé chez une chauve-souris du Yunnan. Reliant les détails clés des deux journaux à des informations pus anciennes, l'équipe de DRASTIC a déterminé que le RaTG13 provenait d'un puits de mine dans le comté de Mojiang, dans la province du Yunnan, où six hommes pelletant du guano de chauve-souris en 2012 avaient développé une pneumonie. Trois d'entre eux sont morts. DRASTIC s'est demandé si cet événement marquait les premiers cas d'êtres humains infectés par un précurseur du SRAS-CoV-2, peut-être RaTG13 ou quelque chose du genre.

Dans Scientific American, Shi Zhengli a reconnu avoir travaillé dans un puits de mine dans le comté de Mojiang où des mineurs étaient morts. Mais elle a évité de le connecter à RaTG13 (une omission qu'elle avait également faite dans ses articles scientifiques), affirmant qu'un champignon dans la grotte avait tué les mineurs.

 

Cette explication ne convenait pas au groupe DRASTIC. Ils soupçonnaient qu'un virus semblable au SRAS, et non un champignon, avait tué les mineurs et que, pour une raison quelconque, le WIV essayait de cacher ce fait. C'était une intuition, et ils n'avaient aucun moyen de le prouver.

À ce stade, The Seeker a révélé ses pouvoirs de recherche au groupe. Dans ses explorations en ligne, il avait récemment découvert une énorme base de données chinoise de revues universitaires et de thèses appelée CNKI. Maintenant, il se demandait si quelque part dans son vaste circuit pouvait se trouver des informations sur les mineurs malades.

Travaillant toute la nuit à sa table de chevet sur téléphone et ordinateur portable, utilisant des caractères chinois avec l'aide de Google Translate, il a branché "Mojiang" - le comté où se trouvait la mine - en combinaison avec tous les autres mots qu'il pouvait imaginer être pertinent, en traduisant instantanément chaque nouvelle vague de résultats en anglais. "Mojiang + pneumonie" ; "Mojiang + WIV" ; "Mojiang + chauves-souris" ; "Mojiang + SRAS." Chaque recherche a rapporté des milliers de résultats et une demi-douzaine de bases de données différentes pour des revues, des livres, des journaux, des mémoires de maîtrise, des thèses de doctorat. Il a passé au peigne fin ces résultats, nuit après nuit, mais n'a jamais rien trouvé d'utile. Quand il a manqué d'énergie, il s'est cassé pour les jeux d'arcade.

Il était sur le point d'arrêter, dit-il, lorsqu'il a trouvé l'or : une thèse de maîtrise de 60 pages écrite par un étudiant de l'Université médicale de Kunming en 2013 intitulée « L'analyse de 6 patients atteints de pneumonie sévère causée par des virus inconnus ». De manière exhaustive, il décrivait les conditions et le traitement étape par étape des mineurs. Il a nommé le coupable présumé: "Causé par [coronavirus] semblable au SRAS de la chauve-souris chinoise en fer à cheval ou d'autres chauves-souris."

The Seeker a laissé tomber le lien , sans fanfare, le 18 mai 2020, puis a enchaîné avec une deuxième thèse d'un doctorant du CDC chinois confirmant une grande partie des informations de la première. Quatre des mineurs avaient été testés positifs pour les anticorps d'une infection semblable au SRAS. Et le WIV avait été mis en boucle pour tester des échantillons de tous. (Peu de temps après la publication des thèses par The Seeker, la Chine a modifié les contrôles d'accès sur CNKI afin que personne ne puisse refaire une telle recherche.)

Si un virus semblable au SRAS était apparu en 2012, avait été dissimulé et que le WIV avait renvoyé des gens à la mine pour chercher plus d'échantillons et les avait ramenés à Wuhan, cela aurait dû faire la une des journaux le lendemain. Au lieu de cela, pas une seule histoire n'est apparue pendant des semaines. Quelques articles sont parus au Royaume-Uni, dont un article dans le Sunday Times. Les médias américains ont passer leur tour.

"Je m'attendais vraiment à ce que cela explose partout dans sur les chaines d’infos", admet The Seeker. "Le manque général d'intérêt pour les faits ou la raison m'a surpris. Et cela me rend toujours perplexe de constater que malgré toutes leurs ressources, les médias d'investigation prennent un tel retard."

En quelques jours, DRASTIC a réussi à localiser les coordonnées de la mystérieuse mine de Mojiang , mais cela n'a attiré l'attention des médias qu'à la fin de 2020, lorsqu'une course pour s'y rendre a commencé. La première tentative a été faite par John Sudworth de la BBC, qui a trouvé son chemin bloqué par des camions et des gardes. Sudworth serait bientôt forcé de quitter la Chine à cause de ses reportages. L' AP a essayé à peu près au même moment, sans plus de chance. Plus tard, les équipes de NBC , CBS , Today et d'autres journaux se sont également retrouvés bloqué par des camions, des arbres et des hommes en colère. Certains se sont fait dire qu'il était dangereux de continuer à cause des éléphants sauvages. Finalement, un journaliste du Wall Street Journal a atteint l'entrée de la mine à vélo, avant d'être détenu pendant cinq heures d'interrogatoire. Les secrets de la mine demeurent.

 

Un énorme puzzle de sudoku

Bien que la révélation de la mine Moijang en mai 2020 n'ait pas été médiatisée, elle a attiré de nouveaux membres à DRASTIC, qui a pu étendre sa collecte de renseignements pour couvrir tout, de la génétique virale aux protocoles de sécurité des biolabs. Le 21 mai 2020, Billy Bostickson a surnommé le groupe "DRASTIC Research". Il a également commencé à organiser l'équipe en sous-groupes pour se concentrer sur différents aspects. Rapidement, ils publiaient régulièrement des découvertes qui rendaient l'implication du laboratoire plus probable.

Un membre clé de l'équipe était Francisco de Asis de Ribera, un data scientist madrilène qui excelle dans l'exploration de grands ensembles de données. Au fil des ans, le WIV a publié une énorme quantité d'informations sur ses projets de chasse aux virus dans différents supports et formats. Ribera a commencé à assembler le tout dans « un énorme puzzle Sudoku », à la recherche d'endroits où il pourrait remplir certains des blancs, assemblant lentement une carte complète de l'ensemble du programme de virus du WIV. Lui et The Seeker ont formé une équipe formidable, The Seeker dénichant de nouvelles pièces du puzzle et Ribera les mettant en place. ("Je me suis toujours vu avec Francisco jouer au détective McNulty et au détective Freamon de The Wire", a plaisanté The Seeker à Newsweek dans un message.)

 

Ribera était responsable de la résolution d'une autre pièce du puzzle RaTG13. Le WIV avait-il travaillé activement sur RaTG13 au cours des sept années écoulées depuis sa découverte ? Peter Daszak a dit non : ils n'avaient jamais utilisé le virus parce qu'il n'était pas assez similaire au SRAS d'origine. "Nous avons pensé que c'était intéressant, mais pas à haut risque", a-t- il déclaré à Wired . "Nous n'avons donc rien fait à ce sujet et l'avons mis au congélateur."

Ribera a réfuté cette version. Lorsqu'un nouvel article scientifique sur la génétique est publié, les auteurs doivent télécharger les séquences génétiques qui l'accompagnent dans une base de données internationale. En examinant certaines balises de métadonnées qui avaient été accidentellement téléchargées par le WIV avec ses séquences génétiques pour RaTG13, Ribera a découvert que les scientifiques du laboratoire avaient en effet activement étudié le virus en 2017 et 2018 - ils ne l'avaient pas mis dans un congélateur et oublié, après tout.

 

En fait, le WIV s'était intensément intéressé au RaTG13 et à tout ce qui provenait du puits de mine de Mojiang. À partir de son puzzle géant de Sudoku, Ribera a déterminé qu'ils avaient fait au moins sept voyages différents à la mine, sur plusieurs années, collectant des milliers d'échantillons. La supposition de Ribera est que leur technologie n'avait pas été assez bonne en 2012 et 2013 pour trouver le virus qui avait tué les mineurs, alors ils ont continué à y retourner à mesure que les techniques s'amélioraient.

Il a également fait une prédiction audacieuse. En recoupant des extraits d'informations provenant de plusieurs sources, Ribera a deviné, dans un fil Twitter daté du 1er août 2020, qu'un groupe de huit virus liés au SRAS mentionnés brièvement dans une section obscure d'un document WIV provenait également de la mine de Mojiang. En d'autres termes, ils n'avaient trouvé aucun parent du SRAS-CoV-2 dans ce puits de mine ; ils en avaient trouvé neuf. En novembre 2020, Shi Zhengli a confirmé de nombreux soupçons de DRASTIC concernant la grotte de Mojiang dans un addendum à son article original sur RaTG13 et dans une conférence en février 2021 .

Bien sûr, la seule raison pour laquelle Ribera a pu accomplir de tels exploits Sherlockiens est que le WIV n'a pas partagé les données demandées par les enquêteurs. Le WIV a maintenu une base de données sur son site web avec toutes les données sur les virus de sa collection, y compris les nombreux virus non publiés, mais cette page de son site est vide depuis un certain temps. Interrogé sur la base de données manquante en janvier 2021, Shi Zhengli a expliqué qu'elle avait été mise hors ligne pendant la pandémie parce que le serveur web WIV était devenu le centre d'attaques en ligne. Mais encore une fois, DRASTIC ne s’est pas contenté de cette explication : la base de données a été supprimée le 12 septembre 2019 , peu avant le début de la pandémie, et bien avant que le WIV ne devienne une cible.

 

D'autres bases de données ont fourni d'autres indices. Dans les demandes de subvention et les récompenses du WIV, The Seeker a trouvé des descriptions détaillées des plans de recherche de l'Institut, et ils étaient accablants : des projets étaient en cours pour tester l'infectiosité de nouveaux virus de type SRAS qu'ils avaient découverts dans des cellules humaines et des animaux de laboratoire, pour voir comment ils pourraient muter en croisant des espèces et recombiner génétiquement des morceaux de différents virus, le tout à des niveaux de biosécurité terriblement inadéquats. Tous les éléments d'une catastrophe étaient réunis.

Bien sûr, ce n'est pas la preuve qu'une catastrophe a eu lieu. À moins de témoignages oculaires improbables, nous n'aurons peut-être jamais cela. Mais toutes les preuves que DRASTIC a produit pointent dans la même direction : l'Institut de virologie de Wuhan avait passé des années à collecter des coronavirus dangereux, dont certains n'ont jamais été révélés au monde. Il testait activement ces virus pour déterminer leur capacité à infecter les humains, ainsi que les mutations qui pourraient être nécessaires pour améliorer cette capacité, probablement dans le but ultime de produire un vaccin qui les protégerait tous. Et les efforts continus pour dissimuler cela impliquent que quelque chose s'est peut-être mal passé.

 

Passer au grand public

Au début de 2021, DRASTIC avait produit tellement d'informations que personne ne pouvait suivre, pas même ses propres chercheurs, alors ils ont lancé leur propre site web  en tant que référentiel. Le site contient suffisamment d'articles scientifiques, de fils de discussion Twitter, de traductions de documents chinois et de liens vers des articles pour occuper un enquêteur curieux pendant des mois.

De plus en plus, ces enquêteurs sont des journalistes et des scientifiques professionnels. "Rossana Segreto et Yuri Deigin sont mes héros", déclare l'écrivain Nicholson Baker, qui a publié un article influent sur la théorie des fuites de laboratoire dans le magazine New York. "Ils ont passé au peigne fin la recherche et ont établi des liens inspirés et découvert des éléments cruciaux de l'histoire qui devaient être racontés. Il en va de même pour Mona Rahalkar et Billy Bostickson.  Un scandale scientifique dévoilé par un collectif de participants »

Le journaliste britannique Ian Birrell est d'accord. "Il ne fait aucun doute que leurs efforts collectifs (...) ont été cruciaux pour défier à la fois la Chine et l'establishment scientifique afin de garantir que la théorie des fuites de laboratoire soit correctement étudiée", a-t-il écrit dans Unherd . "Il a été fascinant de voir, au cours de mes enquêtes au cours de la dernière année, comment ce groupe d'activistes - en tandem avec quelques scientifiques courageux - a forcé l'hypothèse de la fuite de laboratoire de l'ombre."

 

L'une de ces scientifiques était Alina Chan, une biologiste moléculaire au Broad Institute du MIT et de Harvard qui a reconnu la valeur des informations que DRASTIC produisait et a commencé à les interpréter pour les scientifiques et les non-scientifiques dans des explications claires sur Twitter qui ont fait d'elle une contributrice vedette de la science. Chan a reconnu les réalisations du groupe dans un long fil sur Twitter. "Sans le travail effectué par l'équipe DRASTIC, je ne sais pas vraiment où nous en serions aujourd'hui avec les origines de covid-19", a-t-elle écrit, ajoutant: "Le travail de ces étrangers … a eu un impact mesurable sur le discours scientifique."

Ce discours scientifique a fait un bond le 6 janvier 2021, lorsque le virologue de l'Université de Washington Jesse Bloom, l'un des chercheurs COVID-19 les plus respectés du pays, est devenu la première grande figure scientifique à légitimer publiquement les contributions de DRASTIC. "Oui, je suis leur travail", a-t-il tweeté , faisant trembler l'establishment scientifique. "Je ne suis pas d'accord avec tout, mais certaines parties semblent importantes et correctes." Bloom a distingué l'article de Mona Rahalkar sur la mine de Mojiang, puis a ajouté qu'au début de la pandémie, "Je pensais que l'évasion du laboratoire était très improbable. Sur la base des travaux ultérieurs, je dis maintenant que c’est tout à fait plausible."

D'autres scientifiques ont fait pression sur Bloom pour qu'il reconsidère, mais il a tenu bon et le mur du silence a commencé à s'effondrer. En mai, 17 scientifiques de Harvard, Yale, MIT, Stanford et d'autres institutions de premier plan, dont Chan, ont rejoint Bloom dans une lettre publiée dans Science appelant à une enquête approfondie sur le laboratoire de Wuhan.

Presque le même jour, The Seeker a de nouveau frappé. En visitant une base de données hébergée par le ministère chinois des Sciences et de la Technologie, il a recherché toutes les thèses supervisées par Shi Zhengli. Boom "Je l'ai eu du premier coup", dit-il. "Je ne sais pas pourquoi personne d'autre n'y a pensé avant, mais je suppose que personne ne regardait."

S'il subsistait le moindre doute sur le schéma de tromperie du WIV, ces nouvelles thèses le mettent de côté. Ils ont indiqué que les chercheurs du WIV n'avaient jamais cru qu'un champignon avait tué les mineurs de Mojiang, contredisant les remarques de Shi dans Scientific American. En fait, les chercheurs du WIV étaient tellement préoccupés par une nouvelle épidémie de type SRAS qu'ils avaient testé le sang des villageois voisins pour d' autres cas. Et ils connaissaient les séquences génétiques des huit autres virus de type SRAS de la mine – ce qui aurait pu aider les chercheurs à mieux comprendre le SRAS-CoV-2 au début – bien avant le début de la pandémie, et avaient conservé les informations pour eux-mêmes, jusqu'à ce que DRASTIC les appelle.

Quelques jours après les nouvelles révélations et la lettre de Science, de plus en plus d'universitaires, de politiciens et même les médias grand public ont commencé à prendre la fuite de laboratoire au sérieux, culminant le 26 mai lorsque le président Biden a ordonné aux agences de renseignement américaines « de redoubler d'efforts pour collecter et analyser des informations. Cela pourrait nous rapprocher d'une conclusion définitive." Biden a promis que « les États-Unis continueraient également à travailler avec des partenaires partageant les mêmes idées dans le monde entier pour faire pression sur la Chine pour qu'elle participe à une enquête internationale complète, transparente et fondée sur des preuves et pour donner accès à toutes les données et preuves pertinentes ».

 

Jusqu'à présent, la Chine est restée de marbre à cette suggestion. Il se peut qu'elle ne coopère jamais à une enquête. Mais il est maintenant clair que la question de savoir si un laboratoire biologique aurait pu causer cette pandémie – et pourrait causer la suivante – va être explorée d'une manière qui n'aurait peut-être jamais eu lieu si un groupe décentralisé d'étrangers n'avait pas contesté le statut quo.

C'est une leçon que le chercheur n'oubliera pas de sitôt. "Je ne considère plus la science comme un domaine exclusif", écrit-il à Newsweek. « Tout le monde peut faire la différence ».

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Laboratoire de Wuhan

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-