Fin de la "gratuité" des tests PCR : cassez le thermomètre ?

Fin de la "gratuité" des tests PCR : cassez le thermomètre ?

Publié le 13/08/2021 à 11:59
PRAKASH MATHEMA / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Emmanuel Macron nous avait prévenus lors de son allocution le 12 juillet : « cet automne, les fameux tests PCR seront rendus payants ». Mercredi 11 août, Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement, a confirmé cette annonce lors de son compte-rendu du Conseil des ministres à Ajaccio.

Une obligation vaccinale déguisée ? 

La gratuité des tests PCR et antigéniques présentait l'avantage d'être non-discriminante, mais le gouvernement a prouvé depuis quelque temps qu'il ne se préocuppait plus de ce genre de futilité. La fin de la gratuité de ces tests sera actée d’ici mi-octobre. Seuls les tests PCR ou antigéniques prescrits par un médecin, ou en situation de cas contact pourront être remboursés par la sécurité sociale. Les tests dits « de confort », seront quant à eux facturés 43,89 euros pour les PCR et 25 euros pour les antigéniques. Sans aller jusqu’à une obligation vaccinale formelle, c’est donc à travers une forme de chantage budgétaire que le gouvernement impose sa politique. Le gouvernement n'oblige donc à rien, mais incite fortement à aller se faire vacciner : vivre "normalement" sans l'être deviendra non seulement compliqué, mais très cher.

"Les tests PCR ne remplacent pas la vaccination"

"Les tests ne protègent pas", a averti Gabriel Attal. Mais la vaccination ne suffit pas non plus apparemment, puisque parmi les autres nouvelles mesures annoncées, le porte-parole du gouvernement a aussi mentionné le renforcement des frontières : « 100% des voyageurs venant de pays à risque seront contrôlés par test antigénique », même pour les personnes vaccinées, donc. Le virus a donc retrouvé un passeport... Pour les hôpitaux, c'est la même chose : un test PCR est demandé à l'entrée, pour tout le monde. Étrange puisqu'apparement "les tests ne protègent pas".

Une épidémie de tests davantage qu’une épidémie de cas ?

Ces nouvelles mesures, le gouvernement les justifie par un taux de contamination en hausse, qui "ne semble pas s'infléchir". Étonnant ? Pas vraiment. Le passe sanitaire étant désormais obligatoire, un plus grand nombre de personne est obligé de prendre rendez-vous à la pharmacie pour faire se faire tester. Malgé cette vague de tests, le taux de reproduction est en baisse, le taux d'incidence et le taux de positivité stables, même compte tenu de la flambée aux Antilles :

À la mi-octobre, avec des test PCR et antigéniques payants, si les cas diminuent, le gouvernement se félicitera-t-il de sa campagne vaccinale ? Ou bien obligera-t-il, en cas de nouvelle flambée, les personnes vaccinées à se faire tester à nouveau ?

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Toujours plus loin !

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-