Gale, scorbut, choléra: pourquoi ces maladies sont de retour

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Gale, scorbut, choléra: pourquoi ces maladies sont de retour

Publié le 03/09/2018 à 17:55 - Mise à jour à 18:05
© ALAIN JULIEN / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Plusieurs maladies "moyenâgeuses" ou surtout présentent dans des pays connaissant des graves crises humanitaires sont de nouveaux apparues dans des pays développés comme la France. Scorbut, gale ou choléra sont pourtant relativement aisés à soigner.

Ces maladies évoquent le Moyen âge ou les pays du Tiers monde. Certains s'inquiètent cependant de leur retour dans les pays développés comme la France. En quelques semaines, le scorbut, la gale ou le choléra ont refait parler d'eux dans des zones ou l'on peut -légitimement ou non- les croire disparus.

La plus inattendue de ces maladies est le scorbut, car elle correspond à une carence en vitamine C que la consommation régulière d'aliments en contenant (les fruits notamment) suffit à prévenir et à guérir. Elle est donc essentiellement présente chez les personnes dépendant entièrement de l'aide alimentaire comme dans les camps de réfugiés. Mais aux Etats-Unis, plusieurs cas ont été recensés chez des personnes en situation de précarité qui se nourrissent essentiellement de conserves ou plats préparés. Cela permet de satisfaire sa faim mais très peu de ces aliments contiennent de la vitamine C.

Voir: Scorbut -faut-il s'inquiéter du retour de la maladie des marins?

La gale, qui porte l'image d'une maladie moyenâgeuse, n'a quant à elle jamais vraiment disparu en France, même si les foyers d'infection sont très localisés. Le plus souvent bénigne, elle est due à un acarien, Sarcoptes scabiei hominis, dont le réservoir exclusif est l’homme malade. "Sa haute contagiosité et les retards de diagnostic et de prise en charge, peuvent engendrer de nombreuses difficultés pour les patients, leur entourage et la collectivité concernée", explique Santé publique France.

Concernant cette maladie, une augmentation du nombre de cas recensés a bien été notée. Mais les autorités sanitaires sont prudentes quant à l'interprétation de ces chiffres. Ceux-ci se basent en effet en partie sur les ventes de traitement, le signalement par le médecin n'étant pas obligatoire. Mais les autorités relèvent la nécessité d'une vigilance accrue, notamment dans les établissement de santé ou la promiscuité est favorable au développement de la maladie.

Le choléra est lui bien présent dans plusieurs pays en voie de développement, notamment ceux touchés par la guerre ou les catastrophes naturelles. Il peut entraîner une déshydratation mortelle en quelques heures sans traitement et est due à l'ingestion d'eau ou d'aliments contaminés par le bacille Vibrio cholerae, via notamment les selles humaines.

La maladie étant dangereuse mais facile à traiter, un pays comme la France ne devrait donc pas être inquiété. Mais en raison d'un début d'épidémie en Algérie, le ministère français des Affaires étrangères a rappelé fin août les règles sanitaires et de prudence auprès des touristes français.

Lire aussi:

Le Yémen menacé par une nouvelle "vague majeure" de cas de choléra avertit l'OMS

Rennes: épidémie de gale dans une école maternelle

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Scorbut, gale ou choléra inquiètent à nouveau dans les pays développés.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-