Greffe de rein: encore trop d'inégalités entre les patients

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Greffe de rein: encore trop d'inégalités entre les patients

Publié le 02/12/2015 à 17:25 - Mise à jour à 17:32
©Jean-Sébastien Evrard/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

La Haute autorité de la santé a mis en évidence ce mercredi dans une série de recommandations les inégalités qui subsistent entre les patients en attente d'une greffe de rein. Les chances d'en obtenir une varient selon les régions, l'état de santé général du patient, voire même le sexe.

La Haute autorité de santé (HAS) a publié mercredi des recommandations visant à améliorer l'accès à la liste d'attente nationale de greffe rénale, qui compte 12.000 personnes inscrites alors que seulement 3.000 greffes sont réalisées chaque année.

"L'objectif est de favoriser un accès équitable et juste à la liste d'attente, sur des critères scientifiques, pour offrir à chaque malade une chance d'obtenir un greffon", explique la HAS, un organisme public indépendant chargé de réaliser des évaluations et recommandations en matière de soins.

Dans son analyse de la situation, elle relève que les pratiques d'inscription varient fortement entre les régions, avec des délais d'inscription beaucoup trop longs par endroits. Des patients se voient refuser l'inscription en raison de leur âge ou de maladies telles que le diabète ou l'obésité, alors que ces refus ne sont, selon elle, pas toujours justifiés.

Plus surprenant encore, les femmes ont 30% de chance en moins que les hommes d'être inscrites sur la liste d'attente "à âge, maladies associées et statut professionnel égaux". Le taux de femmes présentant une insuffisance rénale terminale est sensiblement moins important que celui des hommes.

Trop peu de patients (environ 15%) sont inscrits sur la liste d'attente de manière précoce, avant d'être dialysés, note encore la HAS. Quelque 76.000 personnes souffrent d'une maladie rénale au stade terminal en France, dont 56% sont sous dialyse tandis que 44% ont bénéficié d'une greffe de rein, un traitement plus efficace en terme d'espérance de vie (12 ans en moyenne contre cinq ans chez les patients dialysés).

Mais le nombre de nouvelles greffes rénales réalisées chaque année reste largement insuffisant pour répondre à la demande. En 2014, 3.232 greffes rénales ont été réalisées en France dont 16% de greffes avec donneur vivant, sur des personnes âgées en moyenne de 52,7 an, selon des chiffres de l'agence de la biomédecine.

Les greffons sont attribués aux receveurs grâce à un barème de points tenant compte de l'ancienneté d'inscription sur la liste mais également d'autres caractéristiques (âge, groupe sanguin, distance géographique avec le greffon disponible...).

Dans ses recommandations, la HAS estime que les patient de moins de 85 ans devraient pouvoir être inscrits sur la liste d'attente à l'avenir, sauf s'ils présentent certaines contre-indications. C'est également le cas des diabétiques ou de la grande majorité des obèses à l'exception de ceux présentant une obésité morbide extrême.

L'organisme évalue à 1.800 le nombre de patients non inscrits sur la liste d'attente alors qu'ils répondent aux nouveaux critères. L'an dernier, 4.695 personnes ont été inscrites sur la liste d'attente.

Le temps d'attente pour l'obtention d'un greffon est très variable: 31% des patients sont greffés dans la première année, 39% entre un et trois ans et 15% après cinq ans.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


La HAS souhaite "favoriser un accès équitable et juste à la liste d'attente" pour les greffes de rein.

Newsletter





Commentaires

-