Grossesse: mise en garde contre les antidouleurs, médicaments à risque pour le fœtus

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Grossesse: mise en garde contre les antidouleurs, médicaments à risque pour le fœtus

Publié le 26/01/2017 à 12:36 - Mise à jour à 13:02
©Regis Duvignau/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

A partir du sixième mois de grossesse, il est déconseillé aux femmes enceintes de prendre des médicaments contre la douleur. Certains, comme l'ibuprofène, sont dangereux pour le bébé à naître.

Trop de femmes enceintes prennent encore chaque année des médicaments contre la douleur ou la fièvre, comme l'ibuprofène, qui leur sont pourtant formellement contre-indiqués à partir du sixième mois de grossesse en raison de leur toxicité pour le futur bébé, met en garde l'agence du médicament.

Tous les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) tels l'ibuprofène, le plus utilisé en France, et bien d'autres comme le kétoprofène (dont le Ketum) ou le diclofénac (Voltarène et autres noms), et même l'aspirine (à une dose supérieure à 100 mg par jour), sont contre-indiqués à partir du début du sixième mois de grossesse, quelle que soit la durée du traitement et la voie d'administration (voie orale, injectable, cutanée…), rappelle ce jeudi 26 l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).

Un rappel qui intervient vu le nombre important -5.000 à 8.000 par an, selon les données de l'Assurance maladie- de femmes enceintes qui sont exposées pendant cette période de la grossesse à ces médicaments, dont un grand nombre sont en vente libre.

Ces médicaments peuvent en effet être toxiques pour le fœtus, même après une seule prise, avec un risque d'atteintes rénales et cardio-pulmonaires pouvant être irréversibles voire mortelles pour le fœtus ou le nouveau-né. Le cas des coxibs (Celebrex et Aroxia) est particulier car ils sont contre-indiqués pendant toute la grossesse.

Des alternatives médicamenteuses et non médicamenteuses existent, ajoute l'agence sanitaire qui met en ligne des documents Questions/Réponses à destination du grand public.

D'une façon générale, tout traitement médicamenteux doit être réévalué pendant la grossesse. Et, "jusqu'au cinquième mois de grossesse, les AINS ne doivent être utilisés que lorsqu'ils sont indispensables, à la dose efficace la plus faible et pendant la durée la plus courte", ajoute l'ANSM.

Cette dernière avait déjà diffusé des informations sur ce risque médicamenteux en 2003 et 2009.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le kétoprofène et le diclofénac sont totalement contre-indiqués à partir du sixième mois de grossesse.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-