Hauts-de-Seine: première greffe d'un utérus en France

Hauts-de-Seine: première greffe d'un utérus en France

Publié le 11/04/2019 à 16:29 - Mise à jour à 16:50
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Une femme infertile a pu bénéficier de la première greffe d'utérus faite en France le 31 mars dernier à l'hôpital Foch de Suresnes, dans les Hauts-de-Seine. L'opération a été pratiquée après un don d'une personne vivante: la mère de la patiente.

C'est une première en France. Une femme infertile a pu bénéficier d'un greffe d'utérus le 31 mars dernier à l'hôpital Foch de Suresnes dans les Hauts-de-Seine.

La trentenaire a bénéficié du don d'une personne vivante: sa propre mère. Elle est née il y a 34 ans avec le syndrome de Rokitansky (RRKH), c’est-à-dire sans utérus. Une femme sur 4.500 est touchée par ce syndrome.

La mère et la fille "vont bien" ce jeudi 11, comme l'a souligné le professeur Jean-Marc Ayoubi cité par Le Figaro.

A voir aussi: Un fœtus retiré de l'utérus de sa mère, opéré puis réinséré

"La patiente transplantée n'est pas encore enceinte et le transfert d'embryons préalablement congelés pourrait se faire dans dix mois", a expliqué celui qui est le chef du service de gynécologie obstétrique et médecine de la reproduction à l'hôpital Foch.

Ce genre de greffe a déjà été réalisé dans d'autres pays et a d'ailleurs permis des naissances d'enfants au Brésil ou en Suède en 2017 et 2014.

La technique est ainsi une alternative (expérimentale) à la GPA, gestation pour autrui, qui reste très controversée. Il y a cependant eu des ratés. Des essais en Turquie ou aux Etats-Unis n'avaient pas permis de naissance.

A lire aussi:

Naissance après une greffe d'utérus post-mortem: nouveaux essais au Brésil

Après un test ADN erroné, elle se fait retirer les seins, les ovaires et l'utérus

Elle accouche malgré un cancer du col de l'utérus

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Une femme infertile a bénéficié d'un don d'utérus en France, une première.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-