Il retrouve son père biologique, donneur de sperme anonyme

Il retrouve son père biologique, donneur de sperme anonyme

Publié le 16/01/2018 à 15:58
© PHILIPPE DESMAZES / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un Français de 34 ans né à la suite d'une insémination artificielle a voulu retrouver l'inconnu qui avait donné son sperme. Malgré la loi qui rend anonyme tout don, Arthur Kermalvezen a réussi à retrouver son géniteur avec une apparente facilité en décembre dernier.

Arthur Kermalvezen est passé outre la loi qui veut que donneurs de sperme et enfants issus de ces dons soient protégés par un total anonymat. Ce Français de 34 ans a d'ailleurs retrouvé son géniteur en quelques semaines avec une apparente facilité en décembre dernier.

Tout comme sa sœur, cet agent commercial est né après une insémination artificielle. S'il l'a toujours su, il ignorait qu'à ses 18 ans ses parents ne pourraient pas lui révéler l'identité de l'inconnu qui avait donné son sperme pour qu'il puisse naître, la faute à l'anonymat qui entoure les donneurs.

A voir aussi: Cinq choses à savoir sur la PMA en France

Visiblement déterminé à ne pas s'arrêter là, Arthur Kermalvezen a décidé récemment de rechercher activement l'homme qui a donné son sperme il y a une trentaine d'années.

C'est ainsi qu'il s'est procuré un test ADN auprès d'une entreprise américaine, après avoir "tout tenté avant". "C'est archi simple, ça m'a pris 30 secondes pour le commander, deux jours pour le recevoir, trois semaines pour avoir les résultats", a-t-il expliqué au micro d'Europe 1 lundi 15.

Parti sur sa lancée, il a ensuite consulté les fichiers de cette entreprise et a découvert qu'un parent à lui, inconnu, avait aussi fait la même démarche pour effectuer un test salivaire. Il a directement contacté ce jeune Franco-anglais sur le réseau social professionnel LinkedIn. Ensemble ils ont alors remonté leur arbre généalogique en commun.

"Toute la branche anglaise je l'ai éliminée de facto. Et sur la branche française il ne restait plus rien, à part un monsieur qui était de la génération de ceux qui auraient pu donner", a expliqué Arthur Kermalvezen en détaillant ses recherches qui ne lui ont demandé que 12 heures.

C'est ainsi qu'il a pu retrouver son père biologique. Il lui a discrètement fait parvenir une lettre qui lui a finalement été remise le 23 décembre dernier. Seulement deux jours plus tard, cet homme à la recherche de son géniteur recevait le coup de téléphone qu'il avait espéré durant des années.

Lui et son donneur, qui n'habite qu'à 1h30 de distance, ne se sont pas encore rencontrés mais un rendez-vous devrait être fixé rapidement.

Mauvaise nouvelle dans cette belle histoire: le donneur a informé Arthur Kermalvezen qu'il était atteint "d'une anomalie génétique rare qui prédispose à certaines maladies", comme il l'a expliqué à Libération.

"Il va falloir que je fasse un test, et mes enfants aussi. Cela sert à ça aussi de pouvoir retrouver son donneur. Dans mon cas, la vérité est à double tranchant. Mais je ne regrette rien".

A lire aussi: La fin de l'anonymat du don de sperme, une affaire de couple pour les Kermalvezen

Avec sa femme, elle aussi issue d'une insémination artificielle après un don de sperme anonyme, ils militent pour la fin de l'anonymat "lorsque les deux parties sont d'accord".

Leur témoignage survient seulement deux jours avant les Etats généraux de la bioéthiques, qui se tiendront jeudi 18. Le sujet le plus attendu est celui de la PMA, le couple espère que l'anonymat des donneurs de sperme, inscrit dans le code pénal, sera aussi discuté.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Arthur Kermalvezen a retrouvé l'homme qui a donné anonymement son sperme pour qu'il naisse.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-