Il y a dix ans, le 1er février 2007, la cigarette était interdite dans tous les lieux publics

Il y a dix ans, le 1er février 2007, la cigarette était interdite dans tous les lieux publics

Publié le 01/02/2017 à 10:21 - Mise à jour à 10:25
©Chamussy/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Le 1er février 2007, fumer devenait interdit dans les lieux publics et les lieux de travail. Le but était de faire reculer le tabagisme en France. Dix ans plus tard, les résultats sont mitigés.

L'anniversaire sera paradoxalement éclipsé par l'annonce de l'interdiction de certaines marques de cigarettes. C'est pourtant une date majeure dans l'histoire de la lutte contre le tabagisme. Il y a dix ans, le 1er février 2007, il devenait interdit de fumer en France sur les lieux de travail et les lieux publics. Exit donc la cigarette fumée dans un centre commercial, une gare, voire une école ou un hôpital. Les règlements intérieurs des établissements scolaires ou de soin interdisaient souvent l'usage de la cigarette, mais pas loi. C'était dorénavant chose faite. Et dans les entreprises s'est développé l'usage de voir les salariés quitter leur bureau pour la "pause cigarette".

Cette décision précédait d'un an une mesure plus controversée encore, celle de l'interdiction de la cigarette dans les bars, les cafés, les restaurants, les hôtels et les discothèques.

Une décennie après, le constat est mitigé. La bonne nouvelle? La mesure est largement respectée, et globalement appréciée, parfois même par les fumeurs. La mauvaise? Le but initial de ces interdictions, la baisse drastique du nombre de fumeurs en France, n'est pas atteint, loin de là.

En effet, selon les statistiques, le nombre de fumeurs dans l'Hexagone est toujours estimé à environ 32% de la population âgée de 15 à 85 ans. Ce chiffre reste supérieur à la moyenne de l'Union européenne. Et 70.000 personnes meurent encore chaque année de maladies directement liées au tabagisme. Seul motif de satisfaction, le tabagisme passif semble avoir reculé. Le phénomène des boîtes de nuit ou des bars dont l'air est saturé de monoxydes de carbone et de particules fines issus de la cigarette appartient maintenant au passé.

Malgré, c'est bel et bien le prix du paquet, plus que les restrictions législatives, qui est aujourd'hui le levier le plus fort pour faire reculer le tabagisme, même si là aussi les effets finissent par atteindre leurs limites. Et la France est le troisième pays d'Europe où le prix moyen du paquet est le plus cher (derrière le Royaume-Uni et l'Irlande).

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La mesure n'a que peu fait baisser le nombre de fumeurs, même si elle a été bien acceptée.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-