Réinfection au coronavirus et immunité : peut-on avoir deux fois le Covid-19 ?

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Réinfection au coronavirus et immunité : peut-on avoir deux fois le Covid-19 ?

Publié le 17/04/2020 à 15:42 - Mise à jour à 15:50
© Handout / Centers for Disease Control and Prevention/AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): France-Soir

-A +A

Peut-on être infecté deux fois par le nouveau coronavirus ? S’il est trop tôt pour le dire, le signalement de quelques cas de patients qui seraient tombés malade du Covid-19 une deuxième fois inquiète. On fait le point sur l’état actuel des connaissances et sur les hypothèses sur le sujet.

Peut-on être re-contaminé par le coronavirus SRAS-CoV2 lorsqu’on l’a déjà été une première fois ? Oui si l’on en croit quelques centaines de cas de patients (environ 300 à ce jour, principalement en Asie) qui, après avoir été considérés comme guéris car testés négatifs, ont été  testés positifs quelques dizaines de jours plus tard.

Mais, pour plusieurs raisons, les scientifiques ne s’alarment pas. Selon Florian Krammer, virologiste de l’Icahn School of Medicine at Mount Sinaï à New York, interrogé par le New York Times, si la réinfection n’est pas impossible, « dans ce court laps de temps, elle est peu probable. Même les formes d’infection les plus légères doivent laisser au moins une immunité à court terme contre le virus chez le patient en convalescence ».

Les experts avancent plusieurs hypothèses pour expliquer ces cas de recontamination au Covid-19

Des patients qui n’étaient pas réellement guéris et des tests déficients ?
C’est la théorie la plus vraisemblable. Admis à l’hôpital, testés positifs, certains patients en seraient ressortis à l’issue d’un test les montrant négatif au SRAS-CoV2. Or, on le sait désormais, les tests réalisés à l’aide d’écouvillons dans les voies respiratoires hautes (le fond de la cavité nasale notamment) peuvent donner de faux négatif. Le virus pouvant être logé ailleurs (dans les poumons par exemple), il est alors indétectable par ce test.

Un réservoir de virus qui se réactive ?
C’est l’hypothèse la moins optimiste : le virus ne s’élimine peut-être pas totalement chez certains patients et provoque des réservoirs viraux : il se met en dormance et, à l’occasion d’un gros coup de fatigue par exemple, il se remet à proliférer, provoquant éventuellement un retour de la maladie. Une étude récente montre que dans le cas du SARS-CoV2, ces réservoirs pourraient se situer dans les reins.

Une immunité très faible face au virus ?
Logiquement, lorsqu’il a fait face à un virus, l’organisme produit des anticorps qui lui permettent, s’il est de nouveau exposé au-dit virus, de se défendre immédiatement. Le SRAS-CoV2 ferait-il partie des virus qui n’entraînent pas une réponse immunitaire suffisante ? C’est peu probable, affirme les experts. Même les coronavirus qui entraînent des rhumes et des réponses immunitaires de très courte durée protègent les malades pendant 2 à 3 mois.

Deux signes rassurants sur cette possibilité de re-contamination au coronavirus
Autres signes rassurants quant à ces cas de réinfection au nouveau coronavirus : le nombre de cas signalés. Tandis que plus de 2,1 millions de cas ont été recensés dans le monde et que plus de 550 000 personnes sont considérées comme guéries, ces 300 cas de réinfection apparaissent comme très faibles. Il pourrait ainsi tout à fait s’agir d’erreurs de diagnostic (une guérison qui n’était pas totale).

Autre signe rassurant : ces patients « réinfectés » n’ont pas développé de symptômes plus graves que la première fois. Pour nombre d’entre eux, ils étaient même asymptomatiques.

A lire aussi : Coronavirus en France : budget de crise et bilan humain toujours très lourd

Auteur(s): France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Images d'illustration du nouveau coronavirus

Newsletter





Commentaires

-