IVG: les députés disent oui à la suppression du délai de réflexion de 7 jours

IVG: les députés disent oui à la suppression du délai de réflexion de 7 jours

Publié le 09/04/2015 à 09:03 - Mise à jour à 14:21
©Durand Florence/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): AZ
-A +A

Dans le cadre de la loi santé, les députés ont voté dans la nuit de mercredi à jeudi une mesure visant à supprimer le délai de réflexion de 7 jours pour les interruptions volontaires de grossesse (IVG).

Les femmes n'auront peut-être plus à attendre 7 jours pour savoir si oui ou non elles souhaitent toujours avorter. Au terme de plusieurs heures de débats virulents, les députés ont voté, en première lecture, dans la nuit de mercredi à jeudi, une mesure visant à supprimer le délai de réflexion de sept jours imposé aux femmes qui souhaitent faire une interruption volontaire de grossesse (IVG).

Actuellement, la loi votée en 1975 à l'initiative de Simone Veil prévoit deux consultations médicales obligatoires avant l'IVG, avec un délai de réflexion d'une semaine entre les deux. Il peut néanmoins être réduit à 48 heures en cas d'urgence, lorsque le délai légal de 12 semaines de grossesse approche.

Selon de nombreux députés de la majorité, le délai de réflexion, qui est souvent vécu "dans une grande solitude", selon la rapporteure du projet de loi, Bernadette Laclais (PS), ne servirait qu'à culpabiliser les femmes. "Croyez-vous vraiment que lorsqu'une femme prend la décision d'aller voir un médecin pour demander d'avorter, elle n'ait pas déjà réfléchi?" a de son côté résumé l'écologiste Brigitte Alain. 

Marisol Touraine, avait quant à elle proposé, le mois dernier en commission, de ramener la période de réflexion de sept à deux jours au lieu de la supprimer définitivement. Mais la ministre de la Santé a finalement soutenu la suppression du délai de réflexion.

Les députés ont par ailleurs également adopté un amendement de Catherine Coutelle permettant aux médecins qui exercent en centres de santé de réaliser des IVG par méthode instrumentale. Depuis 2008 ils peuvent réaliser des IVG mais seulement par méthode médicamenteuse. "Le droit existe, les conditions d'accès doivent être assurées sur tout le territoire", a expliqué Marisol Touraine, favorable à la mesure.

 

Auteur(s): AZ

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les députés ont voté dans la nuit de mercredi à jeudi la suppression du délai de réflexion pour les IVG.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-