Je suis Maltraitante, le cri du cœur des sages-femmes pour changer la donne !

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Je suis Maltraitante, le cri du cœur des sages-femmes pour changer la donne !

Publié le 30/11/2020 à 07:06
Sages-femmes
PARTAGER :

Auteur(s): FranceSoir

-A +A

Les sages-femmes ne veulent plus maltraiter les femmes, qu’elles accompagnent, faute de conditions de travail dégradées. Et elles entendent bien se faire entendre.

Comme tous les autres professionnels de santé, les sages-femmes ont dû s’adapter à la crise sanitaire. Port du masque, information et prévention auprès des parturientes, les sages-femmes n’ont pas pour autant oublié leurs revendications, qu’elles portent depuis de nombreuses années.

Des professionnelles maltraitées et maltraitantes ?

C’est le message, qu’a voulu relayer une sage-femme, Anna Roy, par ailleurs chroniqueuse dans une émission de télévision et de radio. Elle explique dans ses podcast, comment les conditions de travail des sages-femmes se sont dégradées, tant à l’hôpital que pour celles qui ont choisi d’exercer sous statut libéral.

Elle poursuit surtout en soulignant combien ces conditions dégradées poussent ces professionnelles de la naissance à devenir maltraitantes à leur tour vis-à-vis des femmes, qu’elles doivent accompagner.

Un appel à la mobilisation générale

Anna Roy a raconté ses propres expériences mais a relayé aussi celle de ses consœurs, comme le jour où une femme a dû accoucher seul de son enfant mort-né par manque de …personnel. C’est pour dénoncer cette situation mais aussi pour faire avancer les choses, qu’Anna Roy a lancé un cri d’alarme, un cri d’alerte….

Je rêve d'un Grenelle de la naissance. Je rêve d'une sage-femme par femme en salle d'accouchement, je rêve d'ouvertures de maternités, de maisons de naissance, je rêve que les femmes accouchent où elles veulent y compris chez elles, je rêve d'un suivi sage-femme post natal plus long, je rêve d'un congé maternité de 6 mois renouvelable, oui je rêve ! J'ai l'âge pour ! Et il arrive que les rêves se transforment en lois”

Un hashtag #JesuisMaltraitante, une pétition en ligne et une lettre ouverte au Ministre de la Santé, et déjà les témoignages se multiplient et ne concernent pas uniquement les professionnelles. Cela sera-t-il suffisant ?  

Auteur(s): FranceSoir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Les sages-femmes dénoncent leur situation qui les conduit à maltraiter les parturientes

Annonces immobilières

Newsletter





Commentaires

-