Journée mondiale de lutte contre le Sida : l’épidémie oubliée ?

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Journée mondiale de lutte contre le Sida : l’épidémie oubliée ?

Publié le 01/12/2020 à 14:17
© WILLIAM THOMAS CAIN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): FranceSoir

-A +A
C’est une maladie qui a tué 32,7 millions de personnes dans le monde, dont 690 000 en 2019, et dont on ne guérit toujours pas. C’est un virus encore synonyme d’exclusion sociale et de discriminations pour les personnes séropositives.
 
On peut sincèrement remercier France 3 d’avoir diffusé lundi soir le film « 120 battements par minute », qui retrace le combat de l’association Act Up dans les années 90, et pour la qualité du débat qui a suivi. Une soirée marquant les trente ans de la lutte contre le Sida, animée par la journaliste Carole Gaesler :
 
« Le monde ne s’arrête pas à l’urgence du Covid (…) La Journée mondiale de lutte contre le Sida va être minée par les chiffres du Covid, mais il y a 6000 contaminations par le VIH tous les ans »
 
Présente sur le plateau, la virologue Françoise Barré-Sinoussi, qui faisait partie de l’équipe ayant découvert le VIH en 1983, préside aujourd’hui l’association Sidaction. 
 
Le prix Nobel de médecine appelle à la remobilisation :
 
« Beaucoup pensent que le sida est devenu une pathologie chronique comme une autre, mais si les traitements sont performants, cela reste un virus dont on ne guérit pas »
 
Traitement à vie
 
Aucun vaccin n’a encore été trouvé, la Recherche, exclusivement tournée sur les besoins des patients, se poursuit et les progrès ont déjà été considérables. Les traitements de trithérapie, apparus en 1996, ont rendu possible la vie avec le VIH. 
 
Aujourd’hui, ils permettent de faire diminuer la charge virale à un niveau indétectable, les personnes séropositives soignées ne transmettent plus le virus. Et leur espérance de vie est désormais identique à celle d’une personne non infectée. 
 
Mais pour les patients, cela signifie aussi un traitement à vie. Il n’y a pas de rémission. Tout arrêt de ce traitement provoque une réactivation du virus, du risque de transmission, et potentiellement de développement en maladie, le sida.
 
Dans une interview à 20 minutes, Françoise Barré-Sinoussi rappelle encore que seulement 67% des 38 millions de personnes infectées dans le monde disposent d’un traitement. 
 
Discriminations
 
L’importance de la protection, avec un préservatif lors des rapports sexuels et par les tests de dépistage, de l’information et de la sensibilisation, restent des points cruciaux. Il en est un autre, celui du regard de la société sur les personnes séropositives.
 
Ce mardi 1er décembre, des associations saisissent le Conseil d’Etat pour faire cesser « la discrimination des personnes vivant avec le VIH par l’Etat français ». Dans une tribune publiée par Libération, un collectif rappelle notamment que :
 
« Ces personnes [les « PVVIH »] sont exclues du recrutement ou renvoyées de la police, de la gendarmerie, de l’armée et des pompiers si l’Etat apprend leur statut virologique »
 

Auteur(s): FranceSoir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


La Recherche avance, mais les fonds se font plus rares

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-