L'Ordre des médecins s'inquiète de "l'abandonnisme" des étudiants

Auteur(s)
France-Soir, avec AFP
Publié le 07 juin 2023 - 17:20
Image
Crédits
AFP - Emmanuel DUNAND
Des médecins libéraux manifestent à Paris le 5 janvier 2023.
AFP - Emmanuel DUNAND

DÉPÊCHE — Le taux d'abandon des étudiants en médecine inquiète l'Ordre des médecins, qui a fait état ce jour de "très forts indices" d'une "désaffection" liée aux "conditions d'exercice" d'un métier devenu "pas attractif pour les jeunes".

Les carabins rendraient-ils les armes ? C'est ce que déplore le vice-président de l'Ordre de médecins, Jean-Marcel Mourgues, évoquant lors d'une conférence de presse "des remontées, qu'il convient de vérifier, sur un 'abandonnisme' dans les études médicales".

Bien que cela "ne concerne pas que les médecins", il fait néanmoins le lien avec les récentes réformes des premier et deuxième cycles du cursus de médecine.

Le président de l'Ordre, François Arnault, a cependant souligné que les abandons sont fréquents en fin d'études. Il assure que même "après dix ans d'études, certains n'exercent pas ce métier".

Autant "d'indices très forts", selon lui, "que la désaffection des jeunes se fait sur les conditions d'exercice actuelles", qui ont un effet dissuasif à l'hôpital comme en cabinet libéral. Sur ce sujet, il regrette que l'État "écoute, mais ne passe pas aux actes". Au contraire, "il continue de charger la barque des médecins", au risque que "ceux qui débutent renoncent à s'installer" et que "ceux qui sont en fin de carrière partent plus tôt".

Or, les retraités et les remplaçants sont chaque année plus nombreux parmi les 234 000 médecins en activité, comme en atteste l'édition 2023 de l'atlas démographique de l'Ordre.

Publié mercredi, ce document confirme les tendances de fond de la profession : plus de généralistes et moins de spécialistes, plus de salariés et moins de libéraux, une part croissante de praticiens diplômés à l'étranger (12,5% en moyenne, plus chez les spécialistes et les chirurgiens).

Surtout, "les inégalités territoriales persistent et se creusent", a souligné le Dr Mourgues, en particulier chez les généralistes, les médecins privilégiant notamment le littoral atlantique et les reliefs savoyards.

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Hollande
François Hollande, président belliqueux, mais adepte du scooter
Entre théories politiques floues, promesses électorales non tenues et un penchant pour l'action militaire “à mi-chemin", François Hollande aura été plus souvent à la t...
13 juillet 2024 - 12:16
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.