La cigarette pourrait tuer même 25 ans après avoir arrêté de fumer

  •  Soutenez l'indépendance de FranceSoir, faites un don !  

La cigarette pourrait tuer même 25 ans après avoir arrêté de fumer

Publié le 29/08/2019 à 12:41 - Mise à jour à 12:51
© PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Arrêter de fumer permet de réduire les risques de maladies mortelles dès les premières années, mais selon une étude américaine, les gros fumeurs restent davantage sujets aux maladies cardiovasculaires jusqu'à 25 ans après.

Arrêter de fumer permet de réduire drastiquement les risques de maladies cardiovasculaires, d'infarctus du myocarde et de plusieurs cancers. Cela prend cependant du temps. Selon le site Tabac info service, l'espérance de vie redevient identique à celle d'une personne n'ayant jamais fumé 10 à 15 ans après la dernière cigarette.

Mais une étude américaine publiée fin août dans le Journal of the American Medical Association, suggère que certains risques pourraient perdurer jusqu'à 25 ans après. L'étude s'intéresse uniquement aux maladies cardiovasculaires.

Voir: Cigarette électronique - l'OMS recommande d'augmenter les taxes

Elle conclut notamment que la quantité journalière de tabac fumé influe nettement sur la persistance des risques à long terme. La communauté médicale considère que dès les premières années suivant l'arrêt l'espérance de vie augmente significativement. Selon Tabac info service, un an après la dernière cigarette, le risque d’infarctus du myocarde diminue de moitié et le risque d’accident vasculaire cérébral rejoint celui d’un non-fumeur.

Mais l'étude en question qui a porté sur plus de 8.000 personnes dont quelque 2.300 "gros" fumeurs affirme que les concernant, si le risque de maladies cardiovasculaires diminue significativement dès les premières années, il faut tout de même "5 à 10 ans et jusqu'à 25 ans" pour qu'il disparaisse totalement.

Des conclusions qui ne doivent cependant pas laisser penser que fumer modérément préserverait des risques. "Il n’existe pas de seuil au-dessous duquel fumer ne représente pas de risque. En effet, le risque d’être victime d’un cancer du poumon dépend du nombre de cigarettes que l’on fume chaque jour, mais également de l’ancienneté de son tabagisme. Le seul moyen efficace pour réduire ce risque est l’arrêt du tabac", rappelle Tabac info service.

Lire aussi:

Tabac: 1,6 million de fumeurs quotidiens en moins depuis 2016

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Les gros fumeurs seraient plus susceptibles d'avoir des maladies cardiovasculaires très longtemps après avoir arrêté.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-