L'Académie de médecine recommande une médecine différente pour les hommes et les femmes

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

L'Académie de médecine recommande une médecine différente pour les hommes et les femmes

Publié le 26/06/2016 à 10:08 - Mise à jour à 10:32
©EmilyDPardo/Flickr
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le sexe du patient était rarement considéré comme un facteur influençant un choix de traitement. Une erreur selon l'Académie de médecine qui recommande de changer d'approche.

L’âge, l’état de santé général, les allergies possibles à des médicaments… les facteurs pouvant influer tel ou tel choix de traitement pour une même pathologie sont déjà bien intégrés par les praticiens. Mais l’Académie de médecine vient de présenter un nouveau critère qui, s’il paraît évident, n’est quasiment jamais pris en compte: le sexe du patient!

Selon l’Académie, la négation du genre du patient, et l’idée donc qu’un homme et une femme peuvent suivre systématiquement les même médications est un frein à une prise en charge efficace. L’organisme n’hésite même pas à employer les termes de "problème de santé publique", rien de moins!

Et l’Académie de médecine avance des arguments précis pour étayer sa thèse: le fait de n’aître homme ou femme est génétiquement défini dès le début du développement du foetus, peu après la conception.  Ce n’est qu’après en réalité que la différenciation hormonale se fait entre les deux sexes. Dès la conception ce sont plus de 30% de différences au niveau moléculaire dans tous les tissus, 70% dans le foie qui vont différer entre ceux qui auront deux chromosomes X (les femmes), et ceux qui auront une paire XY (les hommes).

C’est notamment la raison pour laquelle certaines maladies à forte dominante génétique touche différement les deux sexes: l’autisme, les tumeurs cérébrales ou certains AVC pour les hommes, la dépression, la maladie d’Alzheimer, l’anorexie ou la sclérose en plaque pour les femmes.

L’Académie de médecine a donc présent ses recommandations lors d’une conférence de presse le vendredi 24 juin : « oui à la prise en compte du sexe du patient » ! Derrière ce souhait, c’est une petite révolution dans les habitudes médicales qui pourrait se préparer.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Au moins un tiers de notre capital génétique dépend de notre genre.

Annonces immobilières

Newsletter





Commentaires

-