Recommandations de l'AP-HP : "ne pas oublier l’ivermectine"... Et beaucoup de liens d'intérêts.

Recommandations de l'AP-HP : "ne pas oublier l’ivermectine"... Et beaucoup de liens d'intérêts.

Publié le 01/04/2021 à 23:13 - Mise à jour à 23:14
FranceSoir
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

L’application RECOCOVID de l’APHP (Assistance Publique Hôpitaux de Paris) est une mine d’information pour les employés de l’AP-HP. Téléchargée par beaucoup, elle regroupe les recommandations de l’AP-HP pour le traitement de la Covid-19 dans une application simple d’utilisation.  Elle reprend les 10 thérapies évalués dans divers essais ou approuvés dans le cadre des traitements par l’ANSM (Agence nationale de la sécurité du médicament). On y retrouve donc l’oxygénothérapie, les anticoagulants, la corticothérapie, le remdesivir, le tocilizumab, les anticorps monoclonaux, le plasma, l’antibiothérapie, les autres traitements et les vaccins.

Pour compléter on trouve la liste des essais cliniques et des liens d’intérêts

Traitements recommandés

Parmi les traitements recommandés on trouve bien sur les corticostéroïdes, les anticoagulants et les vaccins et l’oxygénothérapie.

 

La recommandation pour la corticothérapie a été mise à jour 22 mars 2021. Ce qu’il y a de plus surprenant dans la recommandation c’est l’utilisation de l’ivermectine dont l’agence européenne des médicaments et l’OMS viennent de "décommander" l'utilisation, ainsi que l’ANSM dans sa recommandation d’hier.

Au 22 mars, l’AP-HP recommandait de « ne pas oublier la prescription d’Ivermectine en co-administration de corticostéroïde en cas de risque d’exposition à l’anguillulose au dosage de  200 µg/kg soit 1 comprimé dosé à 3 mg par 15 Kg de poids corporel, 6 comprimés maximum, dès l’instauration d’une corticothérapie (à J1 et J8). »

Ivermectine, ce n’est pas une simple recommandation mais il est bien écrit de « NE PAS OUBLIER », bien sûr dans le cas d'une des applicaitons prévues pour l'ivermectine.

 

Traitements en cours avec précaution

On y trouve les anticorps monoclonaux avec cependant l’arrêt de la monothérapie de bamlanivimab.

 

Traitements arrêtés

On retrouve le remdesivir qui a fait l’objet d’un essai avant d’être déconseillé par l’OMS et le plasma de convalescent

Antibiothérapies

Malgré la précision d’Olivier Véran récemment, la préconisation retenue :

"les experts ne recommandent pas d’antibiothérapie systématique pour la prise en charge thérapeutique initiale d’une pneumonie à Sars-Cov2."

Cependant avant confirmation virologique, une antibiothérapie probabiliste pourra être discutée si la pneumonie présente des critères de gravité (besoin en oxygène > 6 L/min), après la réalisation des prélèvements respiratoires bactériologiques pour éventuelle désescalade.  

A l’AP-HP l’azithromycine est donc interdite même en cas de pneumonie résistante à l’Augmentin. "c'est grave" nous dit un médecin sous couvert d'anonymat. Alors que la SPILF pour les pneumonies semble toujours dans l'avoir dans ses recommandations.   

 

Liens d’intérêts

On retrouve dans cette section les liens d’intérêt des cinq dernières années des auteurs de ces recommandations – c’est-à-dire le nom des laboratoires sans que ne soient mentionnées les sommes déclarées ;

33 médecins sont listés en deux groupes ceux qui ont des liens avec des labo en relation avec la Covid (4 d’entre eux) et ceux avec des liens d’intérêts sans relation avec la Covid (29 médecins).

On retrouve dans ce second groupe entre autres Karine Lacombe, Yazdan Yazdanpanah, Eric Caumes. Karine Lacombe qui s’était particulièrement illustrée avec 212 000 euros de liens d’intérêts déclarés.  Etonnamment, Jean-Francois Bergmann plus de 992 000 euros d’intérêts n’est pas dans cette liste, pas plus que Jean-Michel Molina 184 000 euros.  Serait-ce un oubli.  Plus surprenant encore, Yazdanpanah membre du comité scientifique et du Reacting n’aurait aucun lien avec des laboratoires avec la Covid alors qu’il a fait partie du comité qui a sélectionné et recommandé le remdesivir du laboratoire Gilead.

 

A l'AP-HP c'est donc "faites ce que je dis, pas ce que je fais" avec quelques oublis de liens d'intérêts au passage.

L'ANSM, l'OMS et l'EMA ne recommandent pas l'ivermectine, cependant depuis plusieurs mois l'AP-HP l'utilise - on aimerait bien connaitre les résultats associés. Ont-ils seulement été étudiés ?

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L’APHP : « ne pas oublier l’ivermectine » en co-administration avec la corticothérapie contre la Covid-19

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-