Le patch Jiftip à mettre sur le pénis ne remplace pas le préservatif

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Le patch Jiftip à mettre sur le pénis ne remplace pas le préservatif

Publié le 11/08/2017 à 18:26 - Mise à jour à 18:28
©Capture d'écran YouTube
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Commercialisé depuis peu, le patch Jiftip, vendu comme étant moins invasif que le préservatif, fait craindre le pire aux professionnels de santé, qui alertent sur le fait que ce n'est pas un contraceptif fiable.

Alors que les associations de prévention contre le sida se battent depuis plusieurs mois face à la nouvelle tendance des jeunes, lycéens et étudiants, à délaisser le préservatif, un nouveau dispositif, commercialisé depuis peu par une société américaine, effraie les professionnels de santé. Le patch Jiftip, un petit autocollant à placer sur le bout du pénis pour retenir le sperme et l'urine, est vu par certains comme un substitut du préservatif. Or il n'est pas efficace contre le sida et les maladies sexuellement transmissibles ni les grossesses non désirées.

Il n'est, tout au plus, qu'une mesure d'hygiène et de confort pour le partenaire, qui, selon un témoignage posté par Jiftip, "peut s'endormir paisiblement sans passer par la case salle de bain".

L'association AIDES, qui lutte contre le VIH, a publié mardi 8 un message d'alerte sur son compte Twitter, pour signaler les dangers de ce patch qui pourrait même être dangereux et douloureux pour l'homme le portant. "Il n’y a aucune preuve qui suggère que le produit est sûr, ou efficace. Il pourrait même être très douloureux" a assuré dans les colonnes de The Sun Natika Halil, directrice santé sexuelle au planning familial britanniques.

Sur son site, la société Jiftip précise bien que cet autocollant "n'est pas un préservatif". Mais son slogan est pourtant trompeur: "sentez votre partenaire, sentez vous libre, sentez vous intelligent". La fin du mode d'emploi, "profitez du vrai sexe", porte aussi à confusion.

Pour rappel, l'utilisation du préservatif est le seul moyen pour se protéger contre le sida.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les professionnels de santé mettent en garde contre cet "autocollant" pour pénis, qui pourrait être dangereux pour l'homme qui l'utilise comme pour son partenaire. (Illustration)

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-