Le tabagisme passif toujours présent dans les lieux publics

Le tabagisme passif toujours présent dans les lieux publics

Publié le 25/05/2016 à 13:03 - Mise à jour à 13:29
©Eric Gaillard/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Selon le bulletin épidémiologique hebdomadaire de l'InVS, de nombreuses personnes restent exposées au tabagisme passif, sur le lieu de travail, dans les lycées ou encore dans les bars et restaurant, malgré l'interdiction de fumer dans les lieux publics.

Alors que les mesures de lutte anti-tabac, notamment contre le tabagisme passif, se sont multipliées ces dernières années, les bons comportements des Français semblent paradoxalement reculer. C'est ce que révèle le dernier bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l'Institut de veille sanitaire (InVS). Selon ce document, le nombre de personnes ayant été exposées à la fumée des autres dans les lieux publics (bars, restaurants, lieu de travail, lycées, universités) serait en hausse.

Ainsi, 15,5% des actifs ont déclaré avoir été exposé à la fumée à l'intérieur des locaux de leur lieu de travail au cours des 30 jours précédant l'étude. Cela "de temps en temps" (7,9%) ou "régulièrement" (7,6%).

Ce chiffre est bien plus importants dans les lycées et universités. Plus de trois quarts des lycéens et étudiants de plus de 15 ans "déclarent avoir été exposés à la fumée des autres sur les lieux d’enseignement, l’exposition étant ainsi cinq fois plus élevée que sur les lieux de travail", précise le BEH.

L'InVs s'est également intéressée au respect de la législation dans les lieux "de convivialité" (restaurants, bars, discothèques). Parmi les personnes qui ont fréquenté des restaurants, 9% ont dit avoir été exposés à la fumée à l'intérieur, un chiffre qui monte à 30% dans les bars et 40% dans les discothèques.

"Ces données pour les lieux de convivialité, à la hausse par rapport à celles relevées dans le cadre de l’enquête International Tobacco Control (ITC) de fin 2012, semblent suggérer un recul de l’application de la législation".

Toutefois, le rapport fait remarquer "cette interprétation est cependant à prendre avec précaution" car les questions de l'enquête ITC n'étaient pas exactement les mêmes. De plus, le fait qu'une personne ait été exposée à la fumée ne signifie pas que la réglementation a été enfreinte, les salariés, étudiants ou clients ayant pu être exposés selon les cas à l'extérieur ou dans des fumoirs. Le rapport retient aussi un risque de "sur-déclaration" avec l'essor de la cigarette électronique dont les vapeurs ont pu "apporter un élément de confusion".

Malgré cela, le texte maintient que les chiffres suggèrent "un problème d’exposition de la population à la fumée, d’une part, et de non-respect de l’interdiction de fumer dans les lieux de convivialité". Et d'encourager la multiplication des contrôles ainsi que "la poursuite de l’information du public sur les risques liés au tabagisme passif".

"Le tabagisme passif augmente notamment de 27% le risque de cardiopathie ischémique 1 et d’environ 25% celui de cancer du poumon chez les non-fumeur", rappelle le document. "Le nombre de décès lié à l’exposition à la fumée de tabac a été estimé, en France, à 1.100 chaque année".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le rapport relève un problème "de non-respect de l’interdiction de fumer dans les lieux de convivialité".

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-