Cancers: les bactéries intestinales seraient bénéfiques aux chimiothérapies

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Cancers: les bactéries intestinales seraient bénéfiques aux chimiothérapies

Publié le 07/10/2016 à 17:39 - Mise à jour à 18:03
©DR/Scientific Reports
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

D'après une nouvelle étude, les bactéries intestinales boosteraient l'efficacité des chimiothérapies utilisées dans le traitement de nombreux cancers.

Composé de milliards de bactéries qui peuplent notre intestin, le microbiote intestinal n'a pas fini de nous étonner. Connu comme étant l'un des facteurs dans des maladies comme le diabète de type 2 ou l'obésité, il aurait aussi des vertus. Il agirait sur le traitement de nombreux cancers, d'après une étude publiée récemment dans la revue Immunity (lien en anglais).

Le microbiote intestinal a une influence conséquente sur l'efficacité des thérapies cancéreuses. Il existerait une synergie d'action entre certains médicaments anticancéreux et la flore intestinale.

L'étude a démontré que deux types de bactéries intestinales E.hirae et B. intestinihominus boostaient l'efficacité des chimiothérapies à base de cyclophosphamide, l'une des molécules les plus utilisées pour le traitement de nombreux cancers. Cette découverte a été réalisée conjointement par des chercheurs de l'Inserm, de Gustave Roussy, du CNRS et de l'Institut Pasteur de Lille.

Par ailleurs, la présence de lymphocytes T, une variété de globule blanc, fabriqués spécifiquement en présence des deux bactéries intestinales bénéfiques aux chimiothérapies, permettrait de prédire la période durant laquelle un patient vit avec un cancer sans qu'il ne s'aggrave, pendant et après un traitement.

"L'efficacité d'un médicament anticancéreux repose sur une interaction complexe entre le microbiome du patient et sa capacité à élaborer une mémoire immunitaire efficace contre certaines bactéries du micobiote intestinal", a expliqué l'un des auteurs de l'étude, Mathias Chamaillard, directeur de recherche Inserm. 

Ils souhaitent maintenant aller plus loin, leur but ultime étant de trouver une manière d'améliorer la survie des patients traités par cette chimiothérapie. L'idée n'est autre que de leur administrer des médicaments dérivés de ces bactéries. 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Un déséquilibre du microbiote augmenterait le risque de cancer colorectal.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-