Les médecins s'inquiètent d'un retour des chocs toxiques liés à l'usage de tampons pendant les règles

Les médecins s'inquiètent d'un retour des chocs toxiques liés à l'usage de tampons pendant les règles

Publié le 23/10/2016 à 07:24 - Mise à jour à 07:27
©Martin Lee/Rex/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Maladie rare, qui semblait avoir complètement disparu pendant les années 1990, le choc toxique pendant les règles fait peut-être son retour. Un nombre de cas croissant est relevé par les autorités qui peinent à comprendre les raisons exactes de cette pathologie.

C'est une pathologie grave, parfois mortelle, que l'on pensait disparue. Les médecins tirent pourtant la sonnette d'alarme devant la recrudescence du nombre de cas: les autorités médicales ont en effet relevé au moins 22 cas de "chocs toxiques" liés aux règles en 2014. Il n'y en avait que 5 cas en 2004, et leur nombre était même pratiquement nul dans les années 1990.

Ces chocs toxiques sont causés chez les femmes par la prolifération d'une bactérie particulièrement dangereuse, le staphylocoque doré. Une telle multiplication de cet organisme néfaste est causé par l'usage d'un tampon périodique pour se protéger des désagréments des cycles menstruels. Il touche plus particulièrement les femmes les plus jeunes.

Les symptômes en sont d'ailleurs particulièrement brutaux: une forte fièvre, des vomissements, une diarrhée, et des éruptions cutanées qui peuvent faire pensez à des coups de soleil. Une conjonction qui doit alarmer, a fortiori si ces problèmes interviennent chez une femme qui a ses règles et qui utilise un tampon.

Le péhnomène reste malgré tout mal compris, et les chercheurs peinent encore à expliquer le lien de cause à effet entre l'usage d'un tampon hygiénique et une telle pathologie. Un mauvais usage des tampon, voire un manque d'hygiène, de même qu'un bouleversement de la flore vaginale induit par leur utilisation sont aujourd'hui les pistes privilégiées, mais incertaines. Et qui ne permettent surtout pas de comprendre le regain actuel de cette pathologie qui impose une prise en charge médicale immédiate.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Une fièvre brusque accompagnée de nausées et d'éruptions cutanées doivent alerter.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-